×
Publié le
22 avr. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​Douglas: l'ex-PDG d'Hugo Boss à la direction financière

Publié le
22 avr. 2021

Le groupe Douglas, propriétaire de Nocibé, annonce la nomination de Mark Langer, ancien PDG d'Hugo Boss, pour prendre en main à compter du 1er mai sa direction financière, précédemment occupée par Matthias Born. Une arrivée qui correspond à une période de transformation de l'entreprise, en pleine réduction de son réseau face à l'accroissement des ventes en ligne.


Mark Langer - Hugo Boss



Mark Langer a occupé le poste de PDG d'Hugo Boss entre 2016 et 2020. Poste auquel lui succédera Daniel Grieder, ex-dirigeant de Tommy Hilfiger, à compter de juin prochain. La fin d'une époque, pour Mark Langer, qui avait officié durant 18 ans à différents poste de direction, notamment financière, pour Hugo Boss. Il rejoint Douglas également fort de l'expérience acquise au sein des directions de McKinsey et Procter & Gamble.

"Mark Langer a la personnalité du directeur financier idéal pour accompagner la prochaine phase de développement de Douglas", se félicite l'entreprise. "Il possède une expérience exceptionnelle de la gestion de capital, dispose d'un très bon réseau et a l'habitude de traiter avec des investisseurs internationaux. Il possède également un haut niveau d'expertise grâce à son passage dans des entreprises de marques et de biens de consommation".

Cette nomination intervient à un moment clef, pour Douglas. Le propriétaire de Nocibé a accusé sur l'exercice clos fin septembre 2020 une chute de 6,4% de ses ventes, à 3,2 milliards d'euros. Au premier trimestre de son exercice 2020/21, le groupe affichait ensuite une chute 9,3% de ses ventes, à 1,2 milliard d'euros. Mais Douglas note surtout la croissance rapide de ses ventes en ligne, qui ont gagné 40,6% sur l'exercice précédent, pour peser 25% de son activité globale, et même 40% de son activité allemande.

Une tendance qui s'est confirmée au premier semestre de l'exercice en cours. Ce dernier affichait en effet une croissance de 74% des ventes en ligne, qui ont atteint les 433 millions d'euros. Chiffres venant justifier pour la direction la décision prise en janvier de réduire le parc de magasins, afin de miser plus largement sur la vente en ligne. Le groupe entend ainsi fermer 500 de ses 2.400 magasins. Soit 20 % de son réseau européen.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com