×
Publié le
21 déc. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

​L'Inde met un coup de frein aux ambitions locales d'Amazon

Publié le
21 déc. 2021

A la grande satisfaction de l'Indian Sellers Collective (ISC), qui réunit associations commerciales et vendeurs indiens, la Commission Indienne de la Concurrence a suspendu le feu vert accordé à Amazon, qui entendait acquérir le spécialiste local Future Coupons. Une décision qui intervient sur fond de défiance croissante contre le géant américain en Inde, amené à devenir le cinquième plus gros marché mondial de consommation d'ici à 2025, selon McKinsey.


Shutterstock



Une accélération qui a attiré nombre d'acteurs internationaux, sur un marché qui en 2007 n'était que 12e au classement des marchés de la consommation, malgré une population dépassant déjà les 1,183 milliard d'habitants. Mais l'arrivée de portails internationaux chargés de vendeurs étrangers s'avère particulièrement mal accueillie sur le sous-continent, dans un domaine où l'exécutif local ne cache pas ses velléités protectionnistes. La Confédération of All India Trades (CAIT) fait d'ailleurs pression pour obtenir du Premier ministre la suspension du portail d'Amazon sur le marché indien.

L'affaire opposant Amazon à Future Groupe, maison-mère de Future Coupons, n'est pas nouvelle. En 2019, Amazon avait acquis 49% des parts de Future Coupons, et 4,81% des parts de Future Retail, autre filiale et acteur clef du commerce de détail en Inde. Mais le gendarme indien de la concurrence estime aujourd'hui que l'accord doit être ré-examiné, du fait d'information et déclarations "fausses et incorrectes" venant du groupe américain. La suspension de l'accord pourrait aboutir à sa révocation pure et simple, tandis qu'une pénalité de 26,5 millions de dollars est déjà imposée à Amazon.

Est ainsi reproché à Amazon d'avoir expliqué son investissement dans Future Coupons par sa volonté de développer la structure. "La correspondance interne d'Amazon montre clairement que le rapprochement a été envisagé à des fins différentes", répond aujourd'hui l'autorité de la concurrence. Dans son jugement de 57 pages, elle estime que l'américain cherchait surtout à mettre un pied dans le secteur indien de la vente au détail, tout en contournant les restrictions indiennes sur les investissements étrangers.

"La décision actuelle donnera un coup de fouet à notre campagne nationale visant à éviter les produits des sociétés de commerce électronique étrangères et à adopter les produits des vendeurs indiens", pour le coordinateur de l'ISC Abbay Raj Mishra. "Il incitera les consommateurs, les organismes d'application de la loi et les législateurs à prendre des mesures fermes à l'encontre des détaillants en ligne multinationaux fautifs pour qu'ils changent de cap".

Le protectionnisme indien fait de ce pays stratégique une cible délicate pour Amazon. Contre lequel l'opposition dépasse les frontières. En France, le groupe a été contraint une nouvelle fois d'annuler un projet de nouveau centre logistique. Aux États-Unis, le groupe est vivement critiqué après la mort d'employés sur un site logistique de l'Illinois touché par une tornade, et où les employés auraient été rappelés avant même le départ des secours. En Chine, le site s'est vu ordonné de supprimer les critiques faites du livre du président Xi Jinping. A la polémique locale s'est ajoutée une polémique internationale lorsque Amazon a indiqué avoir obtempéré.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com

Tags :
Business