×
Par
AFP
Publié le
16 mars 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

ANPE : maquettes et mécanos pour recruter des conditionneurs en parfumerie

Par
AFP
Publié le
16 mars 2006

NEMOURS (Seine-et-Marne), 16 mars 2006 (AFP) - "Vous devez maintenant monter le plus de pièces possibles en 10 minutes", lance un agent de l'ANPE de Nemours (Seine-et-Marne). Face à lui jeudi, dix candidats à un emploi de conditionneur chez un sous-traitant en parfumerie, s'attaquent, concentrés, à des mécanos en couleur.Ils sont jugés sur leurs capacités - et non leur CV - avec, peut-être, un CDI à la clé.


Parfum Deci delà par Nina Ricci

L'entreprise Cosmetics Perfumes Services (CPS), qui a repris récemment l'usine Nina Ricci à Ury, a passé un accord avec l'ANPE locale pour qu'elle l'aide à recruter par une méthode de simulation une centaine de salariés.

Dans la petite salle de l'Agence nationale pour l'emploi, plaques jaunes, écrous rouges et barres noires doivent être assemblées sous le regard des quatre agents qui les encadrent et chronomètrent l'exercice.

Le bruit des pièces en plastique fait penser à une salle de jeux. Pendant qu'un jeune finit son second modèle, une femme d'une quarantaine d'années peine à entamer son premier.

"Je me suis trompé, quel con!", rage un troisième.

"Au début, ils nous disent qu'ils ont passé l'âge des Lego. D'autres reviennent plus tard nous dire que c'est vraiment ça qu'ils font dans l'entreprise", explique Carole Rolland, directrice de l'agence ANPE.

Près de 70 volontaires venus d'horizons divers ont déjà été testés depuis fin février et 15 ont décroché un CDI.

"Souvent, pour les postes peu qualifiés, l'entretien de recrutement est difficile et on a du mal à juger la dextérité des candidats. Pour des gens qui ont envie de travailler, la méthode de recrutement par simulation ne pose pas de difficultés particulières", précise Eric Cardemoso, directeur satisfait de l'entreprise CPS.

Les sept exercices proposés par l'ANPE ont ainsi été tirés d'une "bibliothèque d'exercices" correspondant aux habiletés requises par l'entreprise.

Dans la salle, les candidats s'épient et surveillent l'état d'avancement de leurs "rivaux". Intimidés au début, ils se détendent peu à peu.

Placés dans des conditions de travail réelles, ils sont interrompus par la "pause syndicale". "La seule chose qu'on n'a pas réussi à reproduire, c'est l'odeur permanente du parfum", déclare en riant le personnel de l'ANPE.

"C'est assez difficile et je n'étais pas du tout préparé", coupe Christine, 36 ans, qui a déjà été conditionneuse et préfère le recrutement par CV.

"C'est un peu stressant, mais si on réussit, on aura un CDI, alors pourquoi pas ? Je pense que c'est la méthode qui convient", analyse Steven, 19 ans, plus sûr de lui.

"C'est une réelle opportunité pour des gens qui ont un accroc dans leur CV. Cette méthode supprime les oeillères de l'employeur", plaide encore Mme Rolland.

La "correction" a déjà commencé. Tout doit aller vite: les résultats seront communiqués dans l'après-midi, et ceux qui ont réussi auront un simple entretien de motivation à passer avec le futur employeur dans les 48 heures.

Par Colin DRONIOU

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.