×
Par
AFP
Publié le
10 mars 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après le caviar, le chocolat et le vin, la truffe au secours de la beauté

Par
AFP
Publié le
10 mars 2006

LONDRES, 10 mars 2006 (AFP) - On connaissait les cosmétiques au caviar ou les masques de beauté au chocolat, ou la vinothérapie. La truffe passe à son tour de l'épicerie fine aux salons d'esthétique, avec de nouveaux produits présentés cette semaine au salon professionnel de la beauté de Londres.

La "Truffle Therapy" (thérapie par les truffes) s'ajoute aux lignes de produits cosmétiques "gourmets" pour la peau à base de vin et de chocolat développés par une entreprise familiale italienne, Dafla Skincare Institute, dont le centre de recherche est à Gênes (nord).

"La truffe est un ingrédient complètement nouveau dans le domaine cosmétique", a expliqué à l'AFP David Antichi, président et directeur scientifique de Dafla.

Surnommée le "diamant blanc" pour sa rareté, la truffe blanche a, selon lui, la propriété de bloquer la production de mélanine dans la peau, permettant de la dépigmenter et de la rendre plus blanche. Une telle caractéristique pourrait séduire un marché important en Asie, où les peaux blanches sont recherchées.

Quant à la truffe noire, elle contient un mélange d'acides aminés qui agissent comme un "botox naturel" et combattent les rides, affirme M. Antichi, qui assure qu'elle peut réduire de 60% en un mois la taille d'une tache causée par l'âge, les hormones ou le soleil.

Certes, la cure de jouvence n'est pas donnée : un soin du visage à la truffe coûte 75 livres (108 euros), tandis qu'un kit éclaircissant la peau, à faire chez soi, coûte 54,99 livres (80 euros).

Mais la demande, soutenue par le vieillissement de la population, existe: "Sur une échelle mondiale, les traitements anti-âge et anti-stress sont en forte croissance", explique M. Antichi.

Que ces produits tiennent ou non leurs promesses, la demande de produits de beauté ne cesse d'augmenter, assurant des bénéfices confortables aux industriels du secteur. Le salon professionnel londonien, qui existe depuis dix-huit ans, et est le deuxième en Europe, compte cette année 450 exposants.

"Le marché de la beauté continue d'augmenter", a indiqué son organisateur Mark Moloney à l'AFP.

Dafla propose aussi des gammes de produits de beauté au chocolat et au vin. Quant à son traitement Chocominceur, il prétend réduire la cellulite!

La gamme Vinotherapy, utilisant des cépages chardonnay, chianti et pinot, affirme "ralentir le vieillissement", "régénérer la peau" et "réduire la cellulite".

Selon la communication de l'entreprise italienne, le vin était utilisé comme produit de beauté à la cour de Louis XIV pour ses "propriétés apaisantes" et "parce qu'il améliore le teint", explique Dafla. Le raisin était intégré à des traitements de beauté dans l'Antiquité en Egypte et en Grèce.

Sur un autre stand, l'AlphaLounger, un lit en forme de vague, en fibre de verre, vibre et berce son occupant pour l'amener "au stade alpha", dans un état hypnotique précédant le sommeil. Equipé d'émetteur, il diffuse de la musique et les bruits qu'un foetus entend dans l'utérus de sa mère.

Mais le stade alpha n'est pas à la portée de toutes les bourses: à 7.000 euros pièce, ce lit fabriqué à la main s'est vendu jusqu'à présent à 30 exemplaires, a indiqué à l'AFP Bob Bork, directeur du développement de la société.

Inventé par l'Autrichien sha, il plairait particulièrement aux athlètes et hommes d'affaires.

Par Deborah HAYNES

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.