×
Publié le
20 juil. 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Bangladesh : les industriels claquent la porte de l’Alliance pour la sécurité

Publié le
20 juil. 2015

La Bangladesh Garment Manufacturers and Exporters Association (BGMEA) annonce son départ de l’Alliance pour la sécurité des travailleurs bangladais, censée lutter pour l’amélioration de la sécurité des ouvriers dans les usines du pays.

Vidéo officielle de présentation de la BGMEA (2014)


 « La BGMEA ne peut rester au comité de pilotage de l’Alliance », explique à la presse locale un dirigeant de l’association. « Si nous restons, nous ne pouvons prendre position contre l’Alliance, selon nos accords. Mais la BGMEA représentant le secteur du textile/habillement, nous devons relayer ses demandes, mais cela ne nous est pas possible. »

L’Alliance pour la sécurité des travailleurs bangladais est née suite au retentissant drame du Rana Plaza, usine textile de Dhaka dont l’effondrement a tué plus de 1 100 ouvriers en 2013. Composée de représentants de l’Etat, d’une trentaine d'enseignes internationales et des représentants de 700 usines, son but est de renforcer la sécurité dans les unités de production.

Dès le départ, les professionnels locaux se sont insurgés contre des régulations trop coûteuses, freinant la compétitivité du pays face à d’autres pays textile d’Asie. L'industrie bangladaise avait elle-même largement profité de l'augmentation des coûts de production en Chine, qui s'est peu à peu détournée des productions de textile d'entrée de gamme.

Le Bangladesh est le second pays fournisseur mondial du secteur textile-habillement après la Chine. Ce pilier de l’industrie nationale emploie 4 millions de travailleurs, dont 80 % de femmes. En 2014, les exportations du secteur ont atteint les 25,5 milliards de dollars, en progression de 4,5 %.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com