×
Par
AFP
Publié le
11 sept. 2006
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Barrage filtrant au siège et à l'entrepôt Fabio Lucci de Pantin

Par
AFP
Publié le
11 sept. 2006

PANTIN (Seine-Saint-Denis), 11 sept 2006 (AFP) - Des militants CGT tenaient lundi matin un barrage filtrant au siège-entrepôt de Fabio Lucci (groupe Vetura) à Pantin (Seine-Saint-Denis) pour demander la reprise des négociations annuelles dans l'enseigne et le "déblocage" du conflit du magasin d'Alès (Gard), en grève depuis le 10 juillet, a constaté une journaliste de l'AFP.


Des salariés en grève de la chaîne de vêtements "Fabio Lucci" occupent le magasin du groupe à Alès, le 25 août 2006 - Photo : Eric Cabanis/AFP

Deux des douze salariés d'Alès en grève se sont déplacés et étaient toujours reçus à 12H00 au siège avec une représentante du syndicat CGT "pour essayer de convaincre la direction de bien vouloir négocier après 55 jours de conflit", a indiqué à l'AFP Olivier Bieraud, de l'Union locale du syndicat à Alès, également sur place.

"Il s'agit pour nous à la fois d'obtenir la réouverture des négociations annuelles chez Fabio Lucci et le déblocage du conflit d'Alès", a ajouté M. Bieraud.

Depuis 8H30, une vingtaine de salariés CGT de groupes du secteur commerce d'Ile-de-France (Monoprix, Accor, Paul...) ont rejoint les quelques salariés de Fabio Lucci pour contrôler les entrées. Ils affirment "avoir bloqué six camions pleins" depuis le début de leur action, et laissent passer les véhicules vides et les salariés.

La direction affichait sa sérenité: "ça rentre, ça sort", a sobrement commenté un cadre.

La CGT a lancé pour lundi un appel national à la grève dans les magasins Fabio Lucci pour réclamer la reprise des négociations annuelles. Ils demandent notamment 5% d'augmentation de salaires.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.