×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
21 nov. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Farfetch optimiste malgré l'effet de change et l’activité au point mort en Russie et en Chine

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
21 nov. 2022

Farfetch a récemment publié ses résultats du troisième trimestre, accompagnés d’une annonce inattendue: sa valeur marchande brute a chuté au cours des trois mois clôturés fin septembre.


Photo: Farfetch


À 967,4 millions de dollars (933,73 millions d’euros), la valeur marchande brute de Farfetch était en baisse de 4,9% d’une année sur l’autre. Hors effets de change, elle aurait été en augmentation de 4,2%. La valeur marchande brute de sa plateforme digitale a aussi chuté de 5% à 787,4 millions de dollars (759,99 millions d’euros), malgré une hausse de 2,6% à taux de change constants.

La valeur marchande de sa plateforme pour les marques a décliné de 10,4% à 148,1 millions de dollars (142,95 millions d’euros), mais aurait été en hausse de 4,9% hors effets de change.

Les revenus totaux sont en légère hausse avec +1,9% à 593,4 millions de dollars (572,75 millions d’euros). Si les taux de change s’étaient maintenus au niveau de ceux de l’an dernier, l’entreprise aurait réalisé une croissance de 14,1%.

La valeur marchande brute de sa plateforme digitale reflète, d’après l’entreprise, “les conséquences néfastes de l’arrêt de l’activité en Russie et en Chine continentale, où les restrictions régionales liées au Covid-19 affectent toujours le commerce“.

Le panier moyen de la marketplace Farfetch est lui aussi en recul, passé de 593 dollars (572,36 euros) à 530 dollars (511,55 euros) “en raison du dollar fort et d’une baisse du prix de vente moyen, partiellement compensée par une hausse du nombre d’articles par commande“.

La marge de bénéfice brut, à 44,9%, affiche une remarquable hausse de 160 points de base. La marge de contribution de la plateforme digitale, à 32,4%, a connu une augmentation de 580 points de base.

Du côté des bénéfices, l’EBITDA ajusté est dans le négatif avec des pertes de 4,1 millions de dollars (3,96 millions d’euros). Il y a un an, ce chiffre était dans le vert à 5,3 millions de dollars (5,12 millions d’euros). Alors, pourquoi ce recul ? Principalement en raison de la hausse des dépenses générales et administratives, supérieure à celle des revenus ajustés.

L’entreprise a subi des pertes nettes de 274,9 millions de dollars (265,33 millions d’euros), après des bénéfices de 769,1 millions de dollars (742,33 millions d’euros) un an auparavant.

Ni les pertes essuyées ni la baisse de valeur marchande ne semblent réellement inquiéter la société



Cependant, ni les pertes essuyées ni la baisse de valeur marchande ne semblent réellement inquiéter la société. Elliot Jordan, le directeur financier, affirme que ces résultats montrent que Farfetch “résiste avec succès aux défis sans précédent de l’environnement macro-économique, avec une valeur marchande brute et des revenus en croissance à taux de change constants, une forte progression de la marge brute et de la marge de contribution d’une année sur l’autre et de nouveaux bénéfices financiers découlant d’initiatives récemment mises en place pour rationaliser nos coûts récurrents. Nous continuons à évoluer dans l’environnement actuel et conservons un capital suffisant pour exécuter nos projets à long terme. Je suis convaincu que nous retrouverons la croissance et la rentabilité en 2023.“

Et l’entreprise est effectivement en progression sur plusieurs fronts. Des pertes de cette envergure ne sont pas inhabituelles chez les grandes entreprises arrivées à ce stade de développement.

Au cours du trimestre, la société a renouvelé ses partenariats avec plusieurs marques pour des campagnes sur Farfetch Marketplace, avec la promotion de la collection de prêt-à-porter et de maroquinerie d’Acne Studios pour l’automne/hiver 2022, le lancement de la collection de denim monogrammé de Marc Jacobs et la promotion des pulls homme et des bijoux femme de Stolen Girlfriends Club à travers le premier partenariat média de Farfetch.

Le programme Fashion Concierge a aussi été enrichi de nouveaux services pour aider les clients à trouver des articles de luxe uniques avec le lancement de Fashion Concierge On Demand.

New Guards Group se concentre toujours sur les canaux de vente directe, tout en “créant des collections adaptées aux cultures locales“.

Lors de la Fashion Week de Paris, Ibrahim Kamara a présenté son premier défilé en tant que directeur artistique et marketing d’Off-White. Off-White a également signé un partenariat de trois ans avec le club de football italien AC Milan, dont elle devient la marque référente. Palm Angels a réimaginé la veste Maya de Moncler, proposée en édition limitée dans une version couverte de fibres optiques à l’occasion du 70e anniversaire du label. There Was One, la première griffe créée conjointement par New Guards et Farfetch, a pour sa part lancé sa première collection unisexe.

Farfetch possède aussi des établissements physiques (comme Browns) et sa valeur marchande brute en boutique physique a progressé de 35,3% à 31,9 millions de dollars (30,79 millions d’euros) durant le trimestre. Hors effets de change, la hausse aurait même atteint 54,1%, notamment grâce aux inaugurations de nouvelles boutiques des marques de New Guards au cours des douze derniers mois, ainsi que d’une belle croissance des ventes comparables dans les principales boutiques existantes.

Pour l’année entière, l’entreprise prévoit une baisse de 5 à 7% de la valeur marchande brute de sa plateforme digitale et une valeur marchande brute stable pour sa plateforme marques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com