×
Publié le
22 févr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Fashion Week : l’IFM prépare son défilé digital

Publié le
22 févr. 2022

Pour la seconde fois, l’Institut Français de la Mode s’invite au Calendrier Officiel de la Mode et ouvrira la Paris Fashion Week le 28 février, avec un défilé filmé montrant le travail des 59 étudiants du Master of Arts, des domaines du prêt-à-porter, de la maille, des accessoires et de l’image. 


La production du défilé digital de l'IFM


Présenté sous un format digital à 16h30 (sur la plateforme officielle de la Paris Fashion week, à l’instar de tous les autres événements du calendrier), le défilé sera « l’occasion de découvrir les créations de jeunes designers originaires de plus de 16 pays différents, explique Leyla Neri, la directrice du Master of Arts in Fashion Design, et qui pendant deux ans ont suivi une formation poussée en style, technique, culture et innovation. »
 
Particularité de l’événement, la présentation du projet des étudiants de la majeure accessoire proposera de découvrir des objets réalisés en 3D en partenariat avec la société Stage 11, et d’appréhender l’univers des métaverses.  

« La rencontre avec Stage 11, spécialiste des métaverses nous a séduit explique Xavier Romatet, le Directeur général de l’IFM. Nous avons immédiatement proposé une collaboration avec l’entreprise à nos étudiants qui ont tous sauté sur l’occasion et conçu un objet venant compléter leur collection de cinq objets physiques. Les lois de la physique n’existant plus, tout l’exercice a consisté à dépasser la réalité et à repousser au maximum la créativité. »
 

Le défilé digital de l'IFM


Parmi les créations virtuelles proposées, des chaussures aux formes organiques ressemblant à de véritables œuvres d’art à l’image du travail opéré par Malgorzata Mazanek, un sac pensé à partir d’un matériau irréel, et capable de se déformer à loisir selon Isabelle Derlon, le soulier cheveux de Romain Rossi, la collection connectée de Mathilde Rougier et les collections de sacs et d’objets fantastiques signés Joshua Cannone.
 

Collaboration avec Reebok



New-yorkais d’origine française, l’étudiant formé au design industriel, et sélectionné pour présenter son travail au prochain Festival d’Hyères, présentera une collection de sacs pensés en dehors de la classique maroquinerie, aux formes organiques, animales et inspirées du fétichisme. Au menu, un sac bonhomme à taille humaine en cuir et zippé à transporter avec soi, la pièce fétiche du créateur aussi déclinée en virtuel, et aussi un sac cocon, un mini sac poupée, des gourdes en forme de rats réalisées en impression 3D… 
 
Une dimension « nouvelle technologie » qui devrait être renouvelée au sein de l’IFM, « l’école doit avoir un temps d’avance sur les maisons de création de la mode, ajoute Xavier Romatet et doit savoir intégrer les nouvelles technologies dans tous les enseignements. Nous souhaitons être ce laboratoire d’expérimentations multiples, qui nous permet de faire dans le réel comme dans le virtuel. »
 
Déjà lancé en septembre dernier au sein de l’école, le Certificat « virtualisation in fashion » (deux autres certificats existent ainsi de l’« entrepreneurship in fashion » et du « sustainability in fashion ») propose ainsi à 30 étudiants des enseignements, des rencontres (avec Balenciaga récemment) et la création d’un projet de réalisation virtuelle. Au mois de mars, l’IFM entamera ainsi une collaboration avec Reebok et Stage 11 qui permettra aux étudiants d’imaginer une composante 3D à sa collection principale destinée au métaverse de la marque. 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com