×
Publié le
1 oct. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Hermès célèbre le retour au grand air

Publié le
1 oct. 2022

Pour l’été prochain, la femme Hermès rêve de grands espaces. Elle veut renouer avec la nature et respirer à plein poumon, prête à se lancer dans de grands défis sportifs. Pour accueillir ses désirs post-Covid, après deux ans de pandémie, l’immense salle du Tennis Club de Paris, qui a accueilli samedi le défilé printemps-été 2023 de la maison de luxe parisienne, s’est métamorphosée en désert avec moquette soyeuse couleur sable et grande dune centrale aux couleurs changeantes.


La cape Hermès d’inspiration tente - PixelFormula


Accompagnées d’une bande son électronique, dans un esprit rave party en plein désert californien, les mannequins s’élancent sur le podium dans des tenues simples et pratiques aux couleurs de la terre (beige, oranger, brun, caramel). Elles sont comme suspendues en apesanteur sur des chaussures réhaussées d’une semelle vide réalisée dans une plaque carbone, qui leur donne cette sensation de légèreté et de flottement. Des modèles, signés par le chausseur Pierre Hardy, collaborateur de longue date de la maison, qui font penser aux sandales surélevées japonaises.
 
Manteaux, shorts à taille haute, pantalons, cape à capuche, parkas, blousons, trenchs… La garde-robe, taillée dans différentes peaux du veau lisse au cuir d’agneau en passant par le veau velours double face à l’effet suédé, et dans des robustes toiles techniques déperlantes, se compose de vêtements pratiques et utilitaires dans un esprit randonnée et camping sauvage. Ainsi le gilet en cuir intègre dans son dos un sac-à-dos, les emmanchures des débardeurs sont très larges comme celle des maillots de sport, les poches sont décorées d’une boucle métallique rappelant l’univers de l’escalade, tout comme ces cordons nautiques ou de rappel, qui s’emparent du vestiaire.

Ils sont noués tantôt à la taille en ceinture. D’autres fois, ils s’enfilent dans des œillets métalliques, bordant les jambes d’une combinaison pantalon terre de Sienne, ou dans des attaches en tissu pour composer une longue robe à étages à partir de trois pans de coton blanc ou de soie colorées. Comme l’explique la directrice artistique Nadège Vanhee-Cybulski en marge du défilé, ces cordes "servent pour tenir, gainer, créer des volumes. Elles sont comme des axes avec lesquels on peut draper".
 
Un accessoire qui renforce le propos de la styliste, qui dit s’être inspirée du trekking et de la randonnée avec "un côté sportif utilitaire, ainsi que les élément des tentes et des sacs à dos". Cette idée de la tente, que l’on monte et démonte, parcourt, en effet, toute la collection à travers des jeux de laçages. Ici une jupe est retenue par deux cordons coulisses se croisant sur la poitrine pour s’accrocher derrière le cou. Ailleurs, ils permettent de relier une jupe oui un pantalon large à une chemise courte, laissant la taille découverte.
 

Hermès, printemps-été 2023 - PixelFormula


Parfois, le cordon est remplacé par un zip, qui court le long de la taille de certaines robes basques, pour découvrir un flanc, ajoutant à l'ensemble une touche sexy. "Le fonctionnel peut être ennuyeux, c’est pourquoi j’ai voulu aussi apporter de la désirabilité", glisse la designer.
 
Pour ce retour au grand air, Nadège Vanhee-Cybulski a conçu une collection clairement pensée pour l’extérieur, "avec un côté protecteur et en même temps d’harmonie avec la nature", souligne-t-elle. "Des vêtements seconde peau qui communient avec le monde qui nous entoure". Une sensation suggérée notamment par la palette, qui reprend toute la gamme du soleil jusqu’aux dernières lueurs rouges avant la nuit, comme l’incarne ce voile brillant noir qui se superpose à certains vêtements rouges en les assombrissant délicatement.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com