×
Publié le
7 juil. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Immobilier: chute de 69% des investissements dans le commerce français en un an

Publié le
7 juil. 2021

Le secteur des commerces a par le passé été le plus prisé par les investisseurs dans l’immobilier, après celui des bureaux. Mais la pandémie a rebattu les cartes, et la frilosité est de mise sur ces transactions liées aux lieux de shopping. Un peu moins de 700 millions d’euros ont été engagés sur le marché des commerces en France au premier semestre 2021, soit une chute marquée de 69% sur un an, mesure Knight Frank.


Paris - Pixabay


Il s’agit ainsi du plus bas montant enregistré sur un semestre depuis 20 ans. Sur la période de janvier à juin 2021, les commerces n’ont représenté que 8% de l’ensemble des volumes investis dans l’Hexagone (tous types d’actifs confondus), tandis que l’immobilier industriel a lui atteint 26%.

"A situation exceptionnelle, baisse exceptionnelle: depuis plus d’un an la crise sanitaire a porté un coup très dur au commerce en raison des confinements successifs, qui ont fragilisé les enseignes et porté la prudence des investisseurs à son maximum, évoque Antoine Grignon, codirecteur du département Investissement chez Knight Frank France. Dès lors, plusieurs dossiers ont été retirés du marché tandis que le délai de réalisation des transactions s’est nettement allongé. Enfin, aucune opération géante n’a atténué la baisse d’activité, comme l’avait fait l’an passé la cession du portefeuille de centres commerciaux URW."

Moins de cinq transactions ont dépassé les 50 millions d’euros en ce premier semestre. La périphérie est privilégiée par les investisseurs: Casino a vendu un portefeuille d’hypermarchés à WP Carey, tandis que le partenariat à venir entre Altarea et Crédit Agricole Assurances porte notamment sur neuf retail parks tricolores. Le commerce de périphérie continuera selon Knight Frank à "profiter ces prochaines années de la mutation des modes de consommation et du dynamisme démographique des zones périurbaines".

Concernant le centre-ville, l’acquisition récente du 275 rue Saint-Honoré à Paris fait dire au spécialiste de l’immobilier que de grands investisseurs continuent "de se positionner sur les plus emplacements de la capitale malgré la chute temporaire des arrivées de touristes étrangers". Avec le retour des clients en magasin, il prédit aussi dans les mois à venir un rétablissement du marché locatif, "d’autant que nombre d’enseignes ont repris leur plan d’expansion et pris la mesure des efforts à fournir pour adapter leur offre aux nouvelles attentes des consommateurs", conclut Antoine Grignon.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com