×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
17 déc. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Inditex mise sur la continuité et la croissance rentable, déclare son nouveau PDG

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
17 déc. 2021

Il y a quelques jours, Inditex créait la surprise avec l’annonce d’une série de bouleversements à sa tête. A 37 ans, Marta Ortega va prendre les rênes du groupe de son père, tandis que le président Pablo Isla quittera l’entreprise en mars prochain, remplacé à la direction générale par Óscar García Maceiras. Lors de la présentation des résultats trimestriels du groupe mercredi 15 décembre, ce dernier est intervenu pour la deuxième fois en public depuis l’officialisation du processus de transition au sein du groupe espagnol. Le changement a déjà commencé: la voix d’Óscar García Maceiras prédomine tandis que Pablo Isla se place en retrait, avec la discrétion qui l’a toujours caractérisé.


Óscar García Maceiras, le nouveau PDG d’Inditex - Inditex


"Je veux transmettre un message de continuité des axes stratégiques d’Inditex. Notre modèle d’activité intégrant la vente physique et le digital est unique et continuera à représenter l’un des éléments déterminants de notre stratégie", affirmait Óscar García Maceiras lors de la conférence avec les économistes. "Nos équipes sont notre principal avantage concurrentiel et la façon dont nous avons surmonté la crise des derniers mois en dit long à propos de notre entreprise. Nous en sommes encore à un stade précoce de développement de tout notre potentiel et notre plus grande priorité consiste à réaliser les investissements nécessaires pour garantir une croissance rentable à l’avenir", dévoile-t-il, insistant sur l’importance de la digitalisation et du développement durable.

Avec son modèle intégré, cette entreprise dont le siège est à Arteixo (La Corogne) est en position de force grâce à son excellente gestion des stocks. Une stratégie qui, d’après le groupe, a permis "des taux de croissance et de rentabilité uniques dans le secteur".

Au cours des neuf premiers mois de l’exercice, le chiffre d’affaires d’Inditex a augmenté de 37% pour atteindre 19,325 milliards d’euros. La vente en ligne, de son côté, a connu une croissance de 28% par rapport à la même période l’an dernier, hors effets de change. En comparaison des neuf premiers mois de 2019, cette hausse est même de 124%. D’après les prévisions du conglomérat, le canal digital devrait représenter "plus de 25 % des ventes en 2021".

Le réseau physique n’est pas en reste. Au troisième trimestre, l’entreprise a poursuivi son "programme d’optimisation des boutiques", comme l’avait précédemment détaillé Pablo Isla. Une stratégie visant à associer l’investissement dans la transformation digitale avec l’amélioration de la dotation technologique de ses boutiques, mais aussi à fermer ses espaces les plus petits pour favoriser des mastodontes dans des emplacements stratégiques. Après l’ouverture de 179 nouvelles boutiques sur 39 marchés, dont un flagship de Zara à La Défense (Paris) et une boutique Bershka dans la rue Preciados, à Madrid, Inditex a conclu les neuf premiers mois de l’année avec 6.657 établissements au total.

Des ventes physiques en hausse malgré les fermetures de boutiques



Mais ce chiffre est bien loin des 7.197 boutiques que comptait l’entreprise fondée par Amancio Ortega au 31 octobre 2020. Zara possède encore 1.975 boutiques (130 de moins qu’en 2020), contre 989 pour Bershka (après 71 fermetures), 934 pour Stradivarius (44 fermetures), 870 chez Pull&Bear (50 fermetures), 655 chez Massimo Dutti (60 fermetures), 574 chez Oysho (80 fermetures) et 81 chez Uterqüe (6 fermetures). Cette dernière enseigne, la plus petite du groupe, va progressivement perdre ses boutiques en propre au cours des prochains mois et sera intégrée au catalogue de Massimo Dutti.

D’après les informations données par le groupe, toutes ses boutiques sont actuellement ouvertes et les ventes "retrouvent des niveaux normaux". D’ailleurs, le chiffre d’affaires pour le troisième trimestre a dépassé de 10% celui de la même période en 2019, malgré une diminution de 11% du parc de boutiques. Par enseigne, Zara caracole toujours en tête des ventes du groupe, mais la présentation a mis l’accent sur "l’optimisation de l’activité de toutes les marques" et la "forte progression d’Oysho et de Stradivarius".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com