×

La Fashion Week de Paris Homme promet une belle affiche

Publié le
today 17 mai 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Semaine de la Mode de Paris tient plus que jamais son rôle de leader. Pour la prochaine session estivale, elle annonce un calendrier élargi avec pas moins de 60 défilés contre 56 en janvier dernier, qui présenteront les collections pour le printemps-été 2020 sur six jours pleins, du 18 au 23 juin.
 

Y/Project, ici un look de l'été 2019, revient défiler à Paris après un tour à Florence en janvier dernier - © PixelFormula


On attendait l’homme Givenchy, qui devait réintégrer le calendrier masculin parisien avec un vrai show. En fait, il faudra attendre janvier prochain. La maison a décidé en effet de relancer son homme en grand à Florence avec un défilé le 12 juin durant le salon du Pitti Uomo.
 
Qu’à cela ne tienne, le programme parisien n’en est pas moins dense avec le retour notamment sur les podiums de la capitale de Palomo Spain, qui ouvrira la danse le mardi 18 à 11h. La griffe de l’Espagnol Adolfo Gomez Palomo était retournée défiler à New York la saison dernière.

Y/Project, qui avait défilé pour sa part au Pitti Uomo, revient à Paris le lendemain, mercredi 19, tandis que Lanvin se positionnera le dimanche 23 juin. La maison avait fait l’impasse en janvier à la suite du départ de Lucas Ossendrijver, qui dessinait les collections de prêt-à-porter masculin depuis 14 ans. Celine clôturera la semaine par un show dominical à 20h.

La Fashion Week masculine de juin accueillera par ailleurs quatre nouveaux noms intéressants du panorama de la mode créative : Bode, Phipps, Ludovic de Saint Sernin et Sies Marjan. Juste après le premier show de Paloma Spain, ce sont Bode et Phipps qui dévoileront leur collection le jour d’ouverture, débutant officiellement dans le programme des défilés parisiens. Ces deux nouvelles marques américaines font parties des huit finalistes du Prix LVMH de cette année, dont le vainqueur sera désigné prochainement.
 
Le Californien né à San Francisco Spencer Phipps, qui s’est formé à l’école de mode new-yorkaise Parsons, a lancé sa marque unisexe, Phipps, à Paris en janvier 2018 dans une démarche durable. L’ex-styliste du menswear de Dries Van Noten, qui a aussi travaillé pour Marc Jacobs, ambitionne de créer de beaux vêtements dans le respect de l’environnement.
 
Bode est aussi une ligne de menswear, lancée en 2016 par la créatrice new-yorkaise Emily Adams Bode, qui utilise d’anciens tissus pour créer des vêtements patchwork unique, dégageant subtilement la saveur nostalgique du passé.
 
Un troisième américain s’invite à Paris cette saison. Sies Marjan, qui présentera dans la capitale son tout premier défilé entièrement masculin, le samedi 22 juin. La jeune marque lancée en 2016 par Sander Lak, ex-Dries Van Noten, connaît déjà un franc succès avec son prêt-à-porter féminin, qui défile à New York.
 

Sies Marjan va dévoiler son homme à Paris en juin - © PixelFormula


Enfin, il faudra attendre le dimanche 23 pour découvrir Ludovic de Saint Sernin pour ceux qui ne le connaissent pas encore. Finaliste lui aussi du prix LVMH, mais en 2018, il a remporté la même année le prix du label créatif décerné par l’Andam. C’est dire si le jeune créateur de 28 ans s’est déjà fait repérer.
 
Né à Bruxelles, il a grandi en Afrique et vit à Paris depuis l'âge de 7 ans, se partageant désormais aussi avec Londres. Diplômé en design de mode de l’Ecole Duperré, il est passé chez Saint Laurent avant d’intégrer le studio de création de prêt-à-porter féminin de Balmain sous la direction d’Olivier Rousteing et de lancer sa propre ligne de menswear en 2017, offrant un vestiaire sensuel à l’équilibre subtil entre élégance et érotisme, qui célèbre avant tout le corps masculin.
 
Dans l’agenda des présentations officielles, à signaler également l’arrivée des labels japonais Auralee et Visvim, de Casablanca, la marque du créateur franco-marocain Charaf Tajer, le collectif français Gamut et Lazoschmidl, fondé en 2014 par le duo suédois-allemand Josef Lazo et Andreas Schmidl, qui a défilé en off à Paris en janvier. Sans oublier aussi la griffe Nanushka, de la Hongroise Sandra Sandor, et Rhude, le label street fondé en 2013 à Los Angeles par le jeune designer Rhuigi Villasenor, originaire des Philippines.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com