×
Publié le
16 avr. 2008
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Grèce

Publié le
16 avr. 2008

Chiffres-clés 2006
° Population : 11 millions d'habitants
° Emplois textile-habillement : 64 700
° Importations françaises textile-habillement en provenance de la Grèce: 85 millions d'euros
° Exportations françaises textile-habillement vers la Grèce : 180 millions d'euros


Industries textiles :

Dominée par la production de coton...

Membre de l’Union européenne depuis 1981, la Grèce a connu une croissance économique régulière au cours des dix dernières années. Son PIB a ainsi progressé de 4,1 % en 2007, après une hausse de 4,0 % en 2006.




Historiquement, le secteur textile est un pilier important de l’économie grecque, notamment à travers la culture du coton. Le pays dispose en effet d’une filière coton intégrée et en reste le cinquième exportateur mondial. En 2007, les articles de coton (fils, tissus) représentaient encore 48 % des exportations grecques de textiles. Outre son marché domestique, les principaux clients de l’industrie textile grecque sont européens : 56 % de ses livraisons étaient destinées aux membres de l’Union en 2007. Des partenariats poussés existent avec des confectionneurs italiens, turcs et bulgares. Néanmoins, les producteurs grecs sont fortement concurrencés par les importations de textiles extra-européens. On enregistre notamment des poussées dans les livraisons de textiles turcs (+ 15 % en 2007), chinois (+ 22 %), indiens (+ 28 %) et pakistanais (+ 14 %).




…L’industrie textile est en phase de restructuration

Cette concurrence pèse sur les performances de l’industrie textile grecque, qui connaît quelques difficultés. La plupart des indicateurs sont au rouge : la production textile en volume a fortement chuté en 2006 (- 12,9 %) pour la deuxième année consécutive ; l’emploi a diminué de 2,6 % en 2006 ; après un recul de 3,2 % en 2006, le chiffre d’affaires des entreprises du textile regagnait néanmoins 0,5 % en 2007.




Ces problèmes s’expliquent notamment par un accroissement des coûts de production (+ 6 % selon la Helenic Fashion Industry Association) qui rend d’autant plus intéressante une délocalisation de la production. Les coûts salariaux horaires dans l’industrie textile ne sont en effet que de 1,55 $ dans la Bulgarie voisine, et de 2,96 $ en Turquie, contre 13,09 $ en Grèce selon Werner. On ne s’étonnera donc pas de la perte d’importance relative du secteur textile dans l’économie grecque. La part du textile dans les exportations du pays est ainsi passée de 4,7 % en 2003 à 3,1 % en 2007.




Industries de l’habillement :

Un marché à maturité…

Le développement économique de la Grèce et la progression du niveau de vie de ses habitants en ont fait un marché de mode de plus en plus porteur. La consommation d’habillement est très dynamique, avec une croissance annuelle de l’ordre de 6 %.




En termes de distribution, la tendance actuelle est, comme dans le reste de l’Union au déclin du commerce indépendant et à la montée en puissance des chaînes spécialisées. On assiste donc à la fois à l’arrivée de la plupart des grandes chaînes internationales (H&M, Zara, Mango …) et à la constitution de chaînes grecques, souvent par rachat d’anciens indépendants multimarques. Les distributeurs internationaux ont donc visiblement compris l’opportunité de s’installer en Grèce. Seul bémol : les chaînes françaises s’étant lancées sur le marché grec sont encore rares (Celio, Etam, Cacharel …). L’attirance des consommateurs pour les produits européens, plutôt que pour les créateurs nationaux, est pourtant très marquée.




…qui privilégie nettement les produits européens

C’est ce dont témoignent les flux d’importations d’habillement. Ainsi, 73 % des vêtements importés en 2007 provenaient de l’Union européenne. L’Italie concentrait à elle seule 24 % des importations grecques d’habillement, l’Espagne 10 %, l’Allemagne 8 % et la France 7 %. De surcroît, les importations grecques en provenance de l’Union européenne affichent un grand dynamisme (+ 24 % en 2007), notamment sous l’impulsion de la Bulgarie, désormais quatrième fournisseur l’habillement de la Grèce. Cependant, les productions extraeuropéennes, et en particulier chinoises, gagnent du terrain. Les importations d’habillement en provenance de Chine ont ainsi progressé de 30 % en 2007. La Macédoine et l’Albanie, non encore membres de l’Union, participent également à cette progression.




Si les produits européens, appréciés pour leur image de marque, ne semblent pas souffrir de cette concurrence, les confectionneurs grecs connaissent, quant à eux, quelques difficultés. En liaison avec les mouvements de délocalisations vers les pays limitrophes, la production grecque d’habillement a chuté au cours des dernières années (- 13 % en volume en 2006). Enfin, les marques grecques ont du mal à pénétrer les marchés internationaux. Les exportations de vêtements ont ainsi diminué en valeur absolue entre 2005 et 2006. Et la place de l’habillement dans les exportations du pays ne cesse de reculer, passant de 13,1 % en 2000 à 7,3 % en 2006.


Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com