×
Par
AFP
Publié le
30 sept. 2005
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La marque mythique française Coq Sportif rachetée par un fonds suisse

Par
AFP
Publié le
30 sept. 2005

PARIS, 30 sept 2005 (AFP) - Le groupe français Le Coq Sportif a été racheté par un fonds d'investissement suisse, Airesis, dernier exemple du passage de marques françaises mythiques des sports et loisirs sous la coupe de groupes étrangers, attirés par leur notoriété et leur potentiel publicitaire.


Collection 2005

Le groupe d'équipements sportifs a été racheté à hauteur de 70% par Airesis, a annoncé le groupe helvétique dans un communiqué, sans révéler le montant de la transaction.

Interrogées, les deux sociétés ont refusé de communiquer plus de détails avant une rencontre prévue le mardi 4 octobre.

Née en 1948, la marque Le Coq Sportif a longtemps été le fournisseur exclusif du Tour de France et sponsor de célèbres sportifs, dont le tennisman Yannick Noah, avant un déclin qui l'a vue passer entre les mains de plusieurs propriétaires.

En 1974, en pleine crise de croissance, l'entreprise familiale avait été confiée par décision judiciaire au groupe allemand Adidas, son partenaire depuis quelques années, qui l'a revendue en 1995 à l'américain Brown Shoes Compagny. Des entrepreneurs alsaciens ont repris la société en 1998 et l'ont relancée auprès des fans de mode.

Le Coq Sportif réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 150 millions de dollars, pour deux tiers avec les chaussures et un tiers avec le textile.

Par ce rachat, Airesis veut "donner la priorité aux investissements dans le domaine de la valorisation de marques", sources d'importantes retombées en terme d'image ou de publicité, et "des articles de sport", a souligné le repreneur dans un communiqué.

Ce fonds, qui possède déjà les marques de sports nautiques Mistral, F2, et Fanatic, ainsi que l'entreprise de sports de glisse Boards and More, affirme être spécialisé dans le rachat de sociétés "où il existe un déséquilibre entre la notoriété de la marque et le chiffre d'affaires", selon son PDG Christophe Morize.

Le rachat du Coq français s'explique aussi par la forte croissance du marché mondial de la chaussure et des vêtements de sport, de 11% chaque année, même s'il reste un petit poucet face aux géants Nike (chiffre d'affaires annuel de près de 14 milliards de dollars), Adidas et Reebok, fraîchement mariés.

Avant le Coq Sportif, plusieurs marques françaises de sports et loisirs sont tombées dans l'escarcelle de groupes étrangers.

Rossignol, premier fabricant mondial de skis, est en train d'être racheté par le groupe américain Quiksilver.

Avant lui, la firme française Salomon, spécialisée dans la fixation et la chaussure de ski, avait été rachetée en 1998 par l'allemand Adidas, qui vient de la céder au finlandais Amer Sport afin de se recentrer sur la chaussure et le textile.

"Les fabricants de produits basés sur la mode plutôt que sur la technique, comme l'est Quiksilver, ont des marges très fortes. C'est un peu la revanche des créateurs de mode sur les ingénieurs", selon Bernard Salomon, fils du créateur de la société du même nom.

Reste à savoir si les sportifs français continueront de porter sur leurs maillots le coq gaulois, qui n'orne déjà plus l'équipe nationale de football du Sénégal, habillée depuis février par Puma.

En mars, le champion français de ski Stéphane Passeron avait annoncé son départ de l'équipe Rossignol pour protester contre son rachat par l'américain Quiksilver.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.