×
Par
AFP
Publié le
4 févr. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La menthe, une matière première qui subit un coup de chaud en Inde

Par
AFP
Publié le
4 févr. 2006

PARIS, 4 fév 2006 (AFP) - Synonyme de fraîcheur dans la confiserie et la cosmétique, la menthe subit actuellement un coup de chaud à la Bourse de Bombay, le prix de son huile ayant doublé en quelques mois malgré une production normale de l'Inde, premier exportateur mondial de cette essence.

Négociée depuis mai dernier à Bombay, aux côtés des matières premières traditionnelles (café, jute, poivre, graines de moutarde ou de sésame), l'huile de menthe a vu son prix doubler en quelques mois pour frôler les 900 roupies indiennes, environ 20 dollars pour le contrat à terme à fin février.

Ces derniers mois la Chine - pays pourtant producteur de menthe mais qui préfère consacrer ses terres à des cultures plus lucratives - a augmenté ses achats d'huile de menthe utilisée pour parfumer de nombreux produits (bonbons, alcool, dentifrices ou denrées alimentaires). Mais ces achats n'expliquent pas tout, indiquent les confiseurs.

La spéculation a jeté son dévolu sur l'huile de menthe, les opérateurs jouant une pénurie partielle de cette matière première aromatique, en raison d'une demande de plus en plus importante des industriels (confiseurs et fabricants de cosmétiques).

La récolte en Inde de feuilles de menthe (huit variétés) a été tout à fait convenable en 2005, toutefois la culture de certaines variétés a souffert d'inondations, explique la Chambre syndicale des confiseurs français.

En 2005 l'Inde a extrait 18.000 tonnes d'essence, toutes variétés confondues, contre 16 à 17.000 tonnes en 2004, indique par ailleurs la Chambre syndicale.

Si elle est actuellement tendue, la situation devrait redevenir normale au cours du second semestre 2006, les agriculteurs indiens ayant augmenté les superficies consacrées à la culture de la menthe en raison de la hausse des prix, indiquent les spécialistes.

Chaque année, Bombay exporte au moins 3.000 tonnes par an dans divers pays: Japon, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Argentine et Allemagne. Sur les 1.000 tonnes d'huile de menthe importées par la France l'an dernier, 426 tonnes étaient d'origine indienne, selon les statistiques des douanes françaises.

L'essence de menthe représente environ la moitié des arômes utilisés par la confiserie française, indique le syndicat de la profession.

L'Inde cultive la menthe, notamment la variétés "arvensis" particulièrement appréciée des confiseurs en raison de sa forte teneur en menthol, dans les provinces tempérées au pied de l'Himalaya, sur 125.000 hectares selon les informations fournies par le National Commodity and derivates exchange indien .

Largement utilisée dans les pays du pourtour méditerranéen, la menthe est aussi cultivée au Maroc. "Avec la menthe des négociants font fortune car ils achètent la botte de menthe 1,5 dirham aux agriculteurs avant de la revendre à l'étranger un euro", indiquait récemment un spécialiste marocain des plantes aromatiques. Rabat exporterait chaque année plus de 4.500 tonnes par an.

Dans la province de Rufisque, le Sénégal s'est également lancé dans la culture de cette plante aromatique.

De la famille des lamiacées la menthe tient son nom de "Minthe", une nymphe de la mythologie grecque que Proserpine, jalouse, transforma en fleur "poivrée".

Par Françoise MEDGYESI

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.