×
Par
AFP
Publié le
17 juin 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le commerce textile brade avant l'heure pour faire revenir le client

Par
AFP
Publié le
17 juin 2008

PARIS, 17 juin 2008 (AFP) - Les commerçants ont déjà commencé à brader les vêtements, bien avant les soldes d'été qui démarrent le 25 juin, en raison de sérieuses méventes liées à la météo peu clémente et à une conjoncture morose qui poussent le consommateur à retarder les achats de vêtements.

"Nos entreprises accusent le coup depuis quelques mois. Même la Fête des Pères (le 15 juin, ndlr), qui génère traditionnellement du chiffre d'affaires, n'a pas été terrible", déplore Lucien Odier, président de la Fédération des enseignes de l'habillement, qui représente de grandes chaînes comme Zara, Celio ou Benetton.

"Les soldes vont être bons pour les clients, parce que malheureusement on a du stock sur les bras", ajoute-t-il.

Les soldes sont les seules périodes de l'année où les commerçants sont autorisés à revendre à perte, c'est-à-dire en dessous du prix auquel ils ont eux-mêmes acheté. Ils démarrent le 25 juin et prennent fin six semaines plus tard.

Le projet de loi de modernisation de l'économie (LME), examiné au Sénat le 30 juin, autorise les commerçants à choisir librement deux semaines de soldes par an, en plus des deux périodes fixes nationales en été et en hiver, qui seront réduites de six à cinq semaines.

En attendant, les magasins ont lancé de belles promotions. La chaîne pour hommes Devred propose ainsi, jusqu'au 23 juin, un rabais de 80% sur le deuxième article acheté, Gap vend "trois articles pour le prix de deux", et certaines boutiques d'indépendants à Paris promettent des baisses allant de 30% à 60%.

Ces promotions et les soldes d'été ne devraient pas compenser les méventes pour autant, craignent les spécialistes du secteur.

"Il y a une véritable rupture dans la consommation de vêtements. La météo, mais également l'économie générale, la facture énergétique y contribuent", explique Evelyne Chaballier, directrice des études économiques et prospectives à l'Institut français de la mode (IFM).

"L'augmentation du prix du plein d'essence entraîne une réduction du budget consacré à l'habillement de 5% à 10%", selon M. Odier.

Pour M. Odier, les facteurs économiques ainsi que les arbitrages des consommateurs en faveur des nouvelles technologies (téléphones portables, jeux vidéo) devraient peser sur la consommation de textile cette année mais aussi en 2009, un renversement de tendance par rapport à 2007.

L'an dernier, la consommation d'habillement avait en effet progressé de 1,7% en valeur, selon l'IFM. Malgré une météo estivale maussade, le secteur avait été porté par un optimisme lié aux élections présidentielles et aux promesses d'amélioration du pouvoir d'achat.

Le budget de textiles et chaussures des ménages français avait augmenté de 22 euros en 2007, à 715 euros, et la part de foyers "à la recherche de magasins les moins chers" a baissé de 5%, selon le cabinet Worldpanel.

Les consommateurs ont acheté plus d'articles et plus cher, indique Worldpanel.

Or depuis le début de cette année, les ventes en volumes et en valeur baissent, de 3,5% selon l'IFM, par rapport à la même période en 2007. Sur le seul mois d'avril, le chiffre d'affaires a dégringolé de 8% en valeur et de près de 7% en volumes par rapport à avril 2007.

Toutes les chaînes de distribution (boutiques d'indépendants, hypermarchés, chaînes, vente à distance) pâtissent de la morosité ambiante, en dehors des grands magasins qui dopent leurs ventes grâce aux touristes.

Par Bertille OSSEY-WOISARD

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.