×
Par
AFP
Publié le
5 juil. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe Royer veut céder Charles Jourdan et Stéphane Kélian

Par
AFP
Publié le
5 juil. 2013

© 2013 AFP - Le groupe Royer souhaite céder totalement ou partiellement les marques de chaussures de luxe Charles Jourdan et Stéphane Kélian, a indiqué le patron du numéro un français du négoce de chaussures sous licence dans Les Echos paru vendredi.

"Ces deux marques étaient un foyer de pertes. Le haut de gamme demande beaucoup de capitaux, notamment en termes de publicité. Nous n'avons pas les moyens de tout faire", a indiqué Jacques Royer, le PDG du groupe familial cité par le quotidien des affaires.


Modèle Charles Jourdan


Le groupe de Fougères (Ile-et-Vilaine), à la tête d'une trentaine de licences, avait acquis les marques de chaussures de luxe en difficulté Stéphane Kélian en 2007 et Charles Jourdan en 2008.

L'entreprise avait ouvert un atelier de création et de style pour ces marques à Romans (Drôme) mais la production est réalisée en Italie.

Des groupes de luxe chinois, coréens et européens ont regardé ces dossiers, selon le journal économique.

Le groupe Royer est engagé dans une relance de ses activités et vise la rentabilité en 2015 après être tombé dans le rouge l'an dernier. Le groupe compte se recentrer sur les marques Kickers, Petit Bateau ou Converse et arrêter en revanche une douzaine de licences.

Cette évolution devrait se traduire par la fermeture du site de Mod8 à Blanquefort (Gironde) avec 94 salariés et celui de Romans, entraînant au total la suppression de 163 postes au total sur 178 en France. En prenant en compte des reclassements proposés sur le site de Cholet et des départs en retraite, le chiffre net des suppressions d'emplois ne devrait pas dépasser la centaine, a précisé le PDG au journal.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.