×
Publié le
27 juil. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les commerces parisiens réclament un plan de relance

Publié le
27 juil. 2021

La capitale connaît un recul de 21% du chiffre d'affaires de ses commerces d'habillement, loin du quasi-retour à la normale constaté dans le reste de la vente (avec -1%), selon une étude Alliance du commerce et Retail Int. De quoi pousser cinq organisations à réclamer un plan de relance dédié.


Shutterstock


L'appel est lancé par la Fédération des associations de commerçants et artisans parisiens (Facap), avec l'Alliance du commerce (grands magasins et enseignes d'habillement/chaussures), la Confédération des commerçants de France, la Fédération des détaillants en chaussures de France (FDCF) et la Fédération nationale de l'habillement (indépendants du secteur).

L'enquête liste quartier par quartier les pertes connues par les commerces d'habillement parisiens en comparant les chiffres de juin 2019 et 2021. Le plus touché reste sans surprise le quartier des Champs-Elysées, avec 39% de pertes. Suivent les commerces du quartier Haussmann (-33%), dont les grands magasins pâtissent lourdement de l'absence de touristes étrangers, et en particulier chinois.

Arrivent ensuite les centres commerciaux Westfield de La Défense (-28%) et du Forum des Halles (-24%), ainsi qu'Italie Deux (-24%), à égalité avec les commerces de la zone Francs-Bourgeois Marais (-24%).

"L’inquiétude est ici d’autant plus grande avec les nouvelles restrictions de circulation à venir", indique le communiqué des organisations, évoquant ainsi l'interdiction progressive et partielle des véhicules dans les arrondissements centraux. "Les quartiers moins touristiques et qui attirent une clientèle plus francilienne souffrent également fortement (-18% à Beaugrenelle et Commerce)".

La périphérie aussi



L'enquête montre au passage que souffrent également les grandes zones commerciales d'Île-de-France, comme Les 3 Fontaines (Cergy), Evry 2, Espace Saint-Quentin (Saint-Quentin-en-Yvelines) ou Val d'Europe (Marne-la-Vallée). Intra-muros, les professionnels s'inquiètent de la future limitation à 30 kilomètres par heure pour les véhicules et dénoncent l'absence d'étude d'impact sur ce point.

"Anne Hidalgo veut interdire l’accès en voiture aux arrondissements centraux sans pour autant proposer une solution alternative de transport aux Parisiens et Franciliens pour s’y rendre. On observe déjà un phénomène de report avec un détournement des achats vers les centres commerciaux en périphérie", avant le président de la Facap, Thierry Veron.

"Un couple avec enfant qui se rendait à Paris pour acheter de la décoration pour son appartement ne va pas porter son lampadaire ou ses bacs à fleurs dans le métro, il les met désormais dans le coffre de sa voiture sur le parking d’une zone commerciale."

La Facap réclame aujourd'hui le départ du débat vers la Commission nationale du débat public, appelant ainsi à un débat "maitrisé, apaisé et constructif". Et demande également une période d'expérimentation menée sur un périmètre restreint de la capitale.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com