×
Par
Reuters
Publié le
15 oct. 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les détaillants occidentaux restreignent leurs déplacements au Bangladesh

Par
Reuters
Publié le
15 oct. 2015

Des cadres travaillant pour les géants de la mode comme H&M, Inditex ou Gap ont récemment annulé leurs voyages au Bangladesh, après l'assassinat de deux étrangers, provoquant ainsi une certaine incertitude pour une industrie textile qui, représentant 25 milliards de dollars (21,94 milliards d'euros), est essentielle pour l'économie du pays.

Les fournisseurs bangladais des principales marques de mode ont toutefois indiqué qu'ils n'anticipaient aucun impact sur le niveau des commandes pour les fêtes de fin d'année.

Inditex


Les attaques, qui ont été revendiquées par l'Etat islamique, augmentent toutefois la pression sur un secteur qui doit faire face à la concurrence des autres pays à bas coût, et qui essaie d'améliorer son image après plusieurs graves accidents.

Les Etats-Unis et le Canada ont demandé à leurs ressortissants de restreindre leurs mouvements, et la Grande-Bretagne a indiqué craindre de nouvelles attaques, après le meurtre par balles d'un Italien et d'un Japonais, à quelques jours d'intervalle.

Le gouvernement bangladais a toutefois rejeté la revendication de l'Etat islamique, faisant porter la responsabilité des violences à ses opposants politiques. Ces attaques visant des étrangers, bien que rares, font suite au meurtre de quatre blogueurs bangladais plus tôt cette année.

« Nos acheteurs occidentaux ont paniqué après l'assassinat de deux étrangers en l'espace de cinq jours. Des acheteurs ont annulé leur visite à une époque de l'année où ils sont supposés passer commande », a déclaré Siddiqur Rahman, le président de l'Association des fabricants et exportateurs de vêtements bangladais.



Alors que certains donneurs d'ordre ont proposé de rencontrer leurs fournisseurs à l'étranger, d'autres ont organisé des vidéoconférences.

« Nous suivons la situation au Bangladesh de très près et nous avons pris les mesures de sécurité appropriées. Nous restons aussi en contact rapproché avec les autres marques en ce qui concerne la situation », a précisé Anna Erikson, porte-parole d'H&M.

D'autres marques, comme Marks & Spencer, ont repris leurs voyages vers le Bangladesh, après un arrêt momentané, tout en recommandant à leurs employés de rester vigilants.

Le ministre de l'Intérieur, Asaduzzaman Khan, a rejeté l'idée que l'Etat islamique puisse être actif dans le pays, privilégiant la thèse d'une responsabilité des mouvement d'opposition, et ajoutant que l'enquête des autorités devrait déboucher prochainement.

© Thomson Reuters 2023 All rights reserved.