×
Par
AFP
Publié le
21 sept. 2006
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les grévistes de Fabio Lucci à Alès reprennent le travail satisfaits

Par
AFP
Publié le
21 sept. 2006

ALES (Gard), 21 sept 2006 (AFP) - Les salariés du magasin de la chaîne de vêtements Fabio Lucci à Alès (Gard), en grève depuis le 10 juillet, ont décidé de reprendre le travail après avoir obtenu satisfaction sur leurs revendications, a-t-on appris jeudi 21 septembre auprès du syndicat CGT.

Un accord est intervenu mercredi soir entre la direction de Fabio Lucci (groupe Vetura) et les onze grévistes (sur quinze salariés), a indiqué à l'AFP Olivier Bireaud de la CGT du Gard.

La signature du protocole de fin de conflit est prévue vendredi en début d'après-midi. Les salariés reprendront le travail lundi et le magasin devrait rouvrir dans le courant de la semaine, a précisé M. Bireaud.

"Les grévistes ont gagné face à une direction d'un autre âge qui refusait de négocier", s'est-il félicité, affirmant qu'ils avaient obtenu la titularisation de deux CDD et la possibilité d'embauche d'un troisième.

La direction s'est engagée à ouvrir des négociations, au niveau national, sur toutes les questions sociales pointées du doigt par les grévistes d'Alès (conditions de travail, rémunération, droit syndical...), a ajouté M. Bireaud, jugeant "les conditions de travail chez Fabio Lucci dignes du début du 20ème siècle".

Les salariés d'Alès ont obtenu, en attendant ces négociations nationales, qui vont concerner les 1 800 salariés de la chaîne, que les heures supplémentaires non rémunérées effectuées par les caissières du magasin soient payées, qu'une pointeuse soit mise en place, que le nettoyage soit effectué par une entreprise extérieure et non par les vendeurs, que la réserve soit aménagée pour satisfaire aux conditions de sécurité et de confort, que chaque salarié ait un siège. "Soit la simple application du code du travail", a déclaré M. Bireaud.

Ils ont également obtenu que la réserve soit climatisée et que la climatisation du magasin soit améliorée. C'est cette question de la climatisation qui avait mis le feu aux poudre en plein mois de juillet caniculaire.

60 % des jours de grève seront par ailleurs payés.

"On aurait aimé que le conflit dure moins longtemps mais c'est de la responsabilité de la direction qui a refusé de négocier" jusqu'à la semaine dernière, a dit M. Bireaud.

Contactée par l'AFP à plusieurs reprises, la direction de Vetura qui possède également les magasins Tati, n'a pas réagi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.