×
Par
AFP
Publié le
13 oct. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les pulls rouges des moniteurs de ski retrouvent la fibre "Made in France"

Par
AFP
Publié le
13 oct. 2013

LE CREUSOT (France), 12 oct 2013 (AFP) - Quelque 2.500 heures de travail vont être nécessaires aux machines à tricoter d'Avance Diffusion au Creusot (Saône-et-Loire) pour fabriquer les fameux pulls rouges des moniteurs de l'Ecole de ski français (ESF), qui renouent avec le "Made in France".

Quelque 2.500 heures de travail vont être nécessaires auAvance Diffusion au Creusot (Saône-et-Loire) fabrique les pulls rouges des moniteurs de l'Ecole de ski français. Photo par AFP JEFF PACHOUD.


Dans l'atelier de tricotage, les machines s'activent bruyamment : les bobines de fil rouge sont transformées en panneaux de maille, qui formeront les différentes pièces des pulls.

"Depuis février, cinq machines ont travaillé pour l'ESF et il faut compter 500 heures par machine", explique le responsable de l'atelier, Patrice Nicolas, 46 ans. "Il faut compter 30 minutes pour tricoter un article".

Les panneaux passent ensuite dans l'atelier de montage pour y être découpés et assemblés. Ils sont également brodés du logo blanc de l'ESF avec la mention "rouge légende".

"Cela fait des années que je travaille la maille, je suis fière que ça reste chez nous", dit la coupeuse, Zulmira Teixeira, 49 ans.

La responsable d'atelier, Sylvie Golczyk, 51 ans, assure que, pour elle, "le principal est d'avoir de jolies finitions et une qualité maximale". "La qualité en premier, l'activité en deuxième", lance-t-elle à ses collègues.

En 2013, la société Avance diffusion (exploitante des marques Degré 7 et Duvillard), qui travaille depuis six ans pour l'ESF, fournira environ 7.000 pulls rouges au syndicat des moniteurs de ski.

"Le pull rouge, c'est l'image des ESF", souligne le vice-président du syndicat des moniteurs, Gérard Apertet. "Aujourd'hui, il est plus utilisé comme un uniforme pour les événements. Avec les nouveaux matériaux, les pulls ne sont plus très utilisés au quotidien mais cela reste l'emblème des moniteurs".

Un "côté vintage"

"La spécialité de la maison, ce sont les grosses pièces" de vêtement de sport, rappelle le PDG du groupe Avance diffusion, François Gadrey. "En 2011, nous avons acheté un des derniers ateliers de tricotage en France (Clayeux à Montceau-les-Mines, ndlr) pour développer des produits en maille. On a donc proposé à l'ESF des pulls comme on les faisait avant", poursuit-il.

Les stylistes du groupe ont donné un "côté vintage" au fameux pull rouge avec une forme près du corps. "On lui a donné un esprit années 70 car c'est quelque chose de fort en ce moment dans la mode", précise François Gadrey.

Créé en 1958 par l'entreprise Montant, basée à Annecy, le pull rouge des moniteurs de ski n'était plus fabriqué en France depuis dix ans.

"C'est très valorisant pour nous", assure le PDG. "Il y a le côté 'Made in France'" mais, se désole-t-il, si on fait "30 à 40% plus cher qu'en Asie", il faut proposer "des produits différents".

"On va faire des contrôles pour assurer une régularité du 1er au 7.000e pull, on utilise un fil dont on est sûr, provenant de filatures européennes", ajoute François Gadrey, qui promet un pull "solide, chaud et qui ne bouloche pas".

Pour cette PME de 130 salariés, le contrat avec l'ESF, qui s'élève au total à 350.000 euros en 2013, représente 15% de son chiffre d'affaires.

Pour le prochain appel d'offres de l'ESF, dont le choix est attendu en mars 2014, trois sociétés restent en lice mais Avance Diffusion ne figure pas parmi elles. "C'est une volonté de changer de marque tous les six ans", justifie le vice-président du syndicat des moniteurs.Par Marjorie BOYET

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.