×
Publié le
4 janv. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les réseaux sociaux devraient générer 1.200 milliards de dollars d'achats en 2025

Publié le
4 janv. 2022

Alors que les internautes effectuent à ce jour 492 milliards de dollars d'achat sur les plateformes de réseaux sociaux, une étude Accenture estime que ce marché atteindra les 1.200 milliards de dollars à horizon 2025. Une croissance notamment permise par les Millennials (1980-2000) et la Génération Z (née à partir de l'an 2000), qui représenteront alors 62% des dépenses effectuées sur ces portails et app sociales.


Phot: Pexels/Public domain


Cette projection se base sur les réponses de 10.053 utilisateurs chinois, indiens, brésiliens, américains et britanniques de réseaux sociaux, réunis dans l'étude “Why Shopping’s Set for a Social Revolution". Il en ressort notamment que les petites marques, pour qui exister sur les grandes marketplaces internationales s'avère couteux et difficile, pourraient profiter de cette montée en puissance. Quelque 59% du panel indiquent qu'ils seront plus susceptibles de consommer des marques de taille petite ou moyenne via les réseaux sociaux que via des portails dédiés à la vente. Un point qui donne une importance renouvelée à la notion de communauté de marques. Et notamment car, en outre, 63% des répondants disent qu'ils sont plus susceptibles d'acheter à nouveau auprès de la même marque.

"La pandémie a montré à quel point les gens utilisent les plateformes sociales comme point d'entrée pour tout ce qu'ils font en ligne - nouvelles, divertissement et communication", résume Robin Murdoch, responsable monde Logiciels et Plateformes chez Accenture. "L'augmentation constante du temps passé sur les médias sociaux reflète l'importance de ces plateformes dans notre vie quotidienne. L'importance de ces plateformes dans notre vie quotidienne. Elles remodèlent la façon dont les gens achètent et vendent, ce qui offre aux plateformes et aux marques de nouvelles opportunités d'expériences utilisateur et de flux de revenus".

L'étude met par ailleurs en exergue un frein majeur au développement de la vente sur les réseaux sociaux: la confiance. Pas moins de la moitié des consommateurs internationaux interrogés indiquent s'inquiéter de la sécurisation ou du remboursement éventuel de leur achat. Chez ceux qui ont franchi le pas et acheté via un réseau social, ces craintes semblent se confirmer. Accenture pointe ainsi que les consommateurs déjà actifs citent largement les politiques de retour, remboursement et échange comme des points nécessitant amélioration.

Une inquiétude liée à la sécurité et au confort d'achat qui n'est pas sans rappeler celle liée à l'e-commerce lui-même dans les années 2000, et qui avait poussé les fédérations nationales de la vente en ligne à faire de la confiance leur objectif premier.


Les projections se basent sur une enquête menée auprès de 10 000 cyberacheteurs chinois, indiens, brésiliens, britanniques et américains



Accenture apporte également quelques éclairages sur les typologies de produits qui devraient être consommés via les réseaux sociaux en 2025. La mode arriverait en tête, en captant alors 18% du marché. Et ceci devant les biens électroniques (13%) et l'équipement de la maison (7%). Les produits de beauté et cosmétique devraient représenter une part plus réduite. Part qui, souligne Accenture, ne doit pas faire oublier que ces produits sont amenés à représenter jusqu'à 40% des dépenses digitales selon les marchés.

Les pays en développement seraient plus ouverts que les autres à l'achat via les réseaux sociaux. L'étude note que près de 80% des cyberacheteurs chinois interrogés s'y sont déjà essayés, contre une faible minorité dans les pays anglo-saxons. Les consommateurs chinois, indiens et brésiliens attendent surtout des réseaux sociaux qu'ils leur proposent des idées et évaluations d'achats potentiels, là où américains et britanniques en attendent des prix attractifs voire des rabais. Et, comme souvent, se dessine par ailleurs une rupture générationnelle: là où les jeunes consommateurs s'en remettent à leurs paires et aux influenceurs, leurs aînés préfèrent quant à eux les dispositifs sécurisant les achats et valorisant la relation aux marques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com