×
Publié le
28 nov. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH lance l’e-commerce Heristoria dédié aux pièces d’archives d’exception de ses maisons

Publié le
28 nov. 2022

Avec Heristoria.com, un e-commerce de luxe d’un nouveau genre voit le jour sous l’égide de LVMH. Cette nouvelle plateforme, active depuis quelques jours est centrée uniquement sur des produits d’archive d’exception conçus par les maisons du groupe de luxe, allant de 1900 à 2010, qui offre chacun une histoire particulière et dont la vente s’accompagne d’une expérience exclusive.
 

Ce bracelet Chaumet de 1926 est en vente à 35.000 euros - heristoria.com


Le site permet, en effet, la possibilité de recevoir son achat en mains propres lors d’un rendez-vous personnalisé dans un lieu emblématique de la maison concernée. Cela peut aller de la visite des ateliers, à la cérémonie des retouches et mise à taille, en passant par la découverte "d’un endroit très secret" de la maison de parfums Guerlain, aux visites privées avec dégustation dans les caves et domaines des grands vins et champagnes du groupe.
 
Au total, 29 pièces d’exception de 21 marques sont actuellement disponibles sur le site, dans les catégories de la parfumerie, vins et spiritueux, mode et maroquinerie, horlogerie et joaillerie. Elles ont été sélectionnées, soit au sein du groupe, soit à l’extérieur, à chaque fois en partenariat avec les maisons qui en sont à l’origine. Qualifiés de "millésimés", les produits proposés ont tous une histoire unique à raconter. "Intemporels, authentiques et hautement désirables", ils sont réunis pour la première fois, indique un communiqué, qui met en avant le travail de "curation sur mesure".

On trouve ainsi le bracelet Art déco commandé en 1926 à Chaumet par un industriel anglais pour sa femme, vendu à 35.000 euros, une robe en satin duchesse de soie noire haute couture à 12.000 euros, réalisée par Hubert de Givenchy en 1956, ou encore, un peu moins cher à 800 euros, l’ensemble en jersey de soie conçu par la griffe Jean Patou en 1976 pour les hôtesses du Concorde.
 
Cet insolite e-shop a été initié par Gérosine Henriot. Au sein du groupe depuis 2015, (elle est responsable contrôle de gestion Bulgari France), passionnée d’histoire, elle commence à réfléchir à la manière de transmettre les objets de luxe au-delà des généalogies familiales et présente son projet sur la plateforme DARE, un programme intrapreneurial d’incubation mis en place par LVMH pour promouvoir des solutions innovantes.
 

De gauche à droite, Gérosine Henriot, Nicolas Forge et Laurence Mayer - heristoria.com


Dans la foulée, elle est rejointe par Laurence Mayer, présente chez LVMH depuis 2009, où elle s’est notamment occupée de la formation des équipes retail de Louis Vuitton, et par Nicolas Forge, chef de projet en transformation digitale, arrivé dans le groupe en 2019. Ce dernier a pris part aussi notamment à la construction de Nona Source, autre initiative du programme DARE. A eux trois, ils donnent forme à Heristoria, dont le nom est une combinaison entre les mots héritage et storia qui signifie "histoire" en latin et en italien.
 
"Heristoria témoigne de notre passion pour les belles histoires. Seul un groupe comme LVMH a cette capacité à réunir sous une même ombrelle une telle diversité de produits patrimoniaux iconiques, qui sont aussi l’expression de la richesse des savoir faire de nos maisons", résume le directeur général délégué de LVMH, Toni Belloni.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com