×
Publié le
4 juil. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Madame Grès: une vente exceptionnelle autour de ses pièces d’archives

Publié le
4 juil. 2022

Alors que la semaine de la Haute Couture bat son plein à Paris, une vente aux enchères exceptionnelle ramène devant les projecteurs Madame Grès, l’une des plus grandes couturières françaises. Cent-vingt pièces couture réalisées par la créatrice entre 1942 et 1987 vont passer sous le marteau de Cornette de Saint Cyr jeudi 7 juillet. Avant  cet événement, il est possible d’admirer ce trésor au siège de la maison de vente, 6 avenue Hoche, jusqu’au mercredi 6 juillet au soir.


L'un des prototypes originaux de Madame Grès, qui sera vendu aux enchères jeudi - DR

 
Un événement à ne pas rater. Cette présentation fait l’objet, en effet, d’une exposition intitulée "Alix Grès, architecte de la mode". Par sa richesse et sa qualité, elle équivaut pratiquement à la dernière rétrospective sur la couturière, qui avait été organisée en 2012 au musée Bourdelle à Paris autour d’une centaine de modèles. Les pièces seront vendues aux enchères avec des prix de départ allant de 500 à 3.000 euros. Plusieurs musées, collectionneurs et institutions ont déjà exprimé leur intérêt.
 
"C’est une vente très particulière d’archives exceptionnelles. Ce ne sont pas des vêtements réalisés pour les clientes. Il s’agit uniquement des prototypes créés par la couturière pour ses défilés et conservés dans leur intégralité jusqu’à aujourd’hui. C’est très émouvant. Nous sommes en la présence de véritables chefs d’œuvre révélant un travail d’exécution extraordinaire", nous explique Hubert Felbacq, responsable du département mode et haute couture de Cornette de Saint Cyr.

"Le plissé Grès tient du génie. On peut voir dans certaines robes une incroyable envergure de jersey, alors que la taille est plate. Il y a aussi des pièces très architecturées d’une force remarquable. Ce sont toutes des pièces d’une grande modernité. On comprend, qu’elle soit restée active si longtemps", poursuit le commissaire-priseur, en soulignant l’énorme production de Madame Grès tout au long de sa carrière, qui a dû atteindre près de 15.000 créations à raison de 200 modèles par collection.
 
Sur les 120 modèles qui vont être mis aux enchères, 110 sont détenus par les collectionneurs Emmanuelle et Philippe Harros, à l’origine de la boutique Quidam de Revel à Paris, les autres appartenaient à une cousine de Madame Grès. Le couple a débusqué dans les années 2000 cette collection, qui n’avait pratiquement jamais quitté les archives de Madame Grès.
 

Un modèle Grès haute couture de 1955 aussi mis en vente - DR


Née en 1903, de son vrai nom Germaine Krebs, d’abord surnommée Alix Grès, puis Madame Grès, la couturière, s’est fait connaître pour ses fameux drapés, ses plissés plats et ses robes sculpture en jersey, faille et taffetas. Des modèles épurés, souvent asymétriques, moulés sur le corps, masquant la complexité de son travail. Après avoir ouvert une première maison en 1934, la maison Alix, avec le soutien de financiers, elle fonde sa propre maison de couture en 1942.
 
Ella la cède en 1984 à Bernard Tapie, qui la revend à Jacques Esterel en 1987, année, où Madame Grès présente sa dernière collection, la marque passant ensuite aux mains du groupe japonais Yagi Tsusho. Après son décès en 1993, plusieurs ventes aux enchères sont organisées, tandis que son travail fait l’objet de rétrospectives, notamment en 1994, l'exposition "Madame Grès" au MET de New York, puis en 2004, "Madame Grès, Entre Ombre et Lumière" au musée de Bourgoin-Jallieu, en Isère, et celle du musée Bourdelle il y a dix ans, "Madame Grès, la couture à l'œuvre" 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com