×
Publié le
3 oct. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Paris, l’art de la coupe et de la découpe avec Sacai, Rokh, Lanvin et Germanier

Publié le
3 oct. 2022

Sur les podiums parisiens, lundi, il était surtout question de tailler, découper, déchirer, recomposer, regénérer et embellir. Les couturiers, dont notamment Sacai, Rokh, Lanvin et Germanier, ont démontrer en ce huitième jour des défilés de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2023, qu’ils étaient passés maîtres dans l’art du maniement des ciseaux.
 

Sacai, printemps-été 2023 - PixelFormula


Alors que les invités affluent chez Sacai dans un grand espace aux gradins en forme de cubes colorés, les derniers mannequins arrivent en courant du défilé précédent (Stella McCartney) accompagnées jusque devant l’entrée du backstage en grosse cylindrée. Cinquante minutes plus tard, le défilé peut commencer dans un jeu d’optique noir et blanc via des rayures en mouvement, qui prennent vie sous forme de bandes, franges et plissés.
 
La designer Chitose Abe manie les ciseaux avec joie et dextérité, découpant le bas de robes et maxi vestes croisées (smoking ou marine à boutons dorés) en bandelettes, qui se fondent avec les plis et franges similaires des grandes chemises blanches sur lesquelles elles s’enfilent. Privées de haut, ces mêmes blazers et chemises plissées se transforment en robe bustier à bord froufrou.

Tandis que les vêtements sont consciencieusement tailladés et réduits d'un tiers, bras et jambes prennent du volume via des manches pagodes et des bas de pantalons s’évasant en volants. Blousons Teddy, vestes safari ou impers sont à leur tour décapités. Sans col et épaules, ils se portent façon bustier.
 
Même traitement pour la partie basse du vêtement, qui se voit réduite à une mini-jupe tablier ou à une ceinture munie de deux grandes poches latérales, à superposer sur robe ou pantalon. Bien pratique pour y caser ses mains ajoutant à l’allure un air de naturelle nonchalance. Tout s’imbrique à la perfection dans cette collection désirable composée de pièces originales et faciles à matcher l’une avec l’autre.
 

Rokh, printemps-été 2023 - Pixel Formula


Rokh s’amuse au même jeu que Sacai, à qui il semble avoir emprunté plus d’une idée. Les vêtements se dégrafent, déboutonnent, dézippent, détachent ou encore se décousent, transformant par exemple jupes et robes longues, ainsi débarrassées de leur lourd bord drapé, en tenues micro minimales. Parfois, le créateur simule les déchirures, comme ces bandes bleues qui coupent de biais en zigzag certaines robes beiges.

Comme Chitose Abe, Rok Hwang aime partir des classiques de la garde-robe, en particulier le trench-coat et les tailleurs, qu’il décompose pour recomposer dans des silhouettes longues et fluctuantes. Un trench se mue en veste boléro associée à une jupe née d'un pan du même tissu  camel enroulé en spirale autour des flancs. Des strates de tissu à plis fins ou plus larges se mélangent et se superposent dans de longues jupes asymétriques en toile ou en vinyle.

Les ceintures percées d’œillets métalliques se portent à double tour, bien serrées à la taille, retombant en ruban le long des jambes. Les vêtements s’ouvrent dans le dos par le biais d’une rangée de boutons centrale et verticale. Détails et trouvailles de construction sont partout. Peut-être un peu trop, noyant le propos.
 
Lanvin se veut, à l’opposé, beaucoup plus minimaliste avec des manteaux, costumes-bermudas et tailleurs sobres, impeccablement coupés dans une palette neutre. Le directeur artistique Bruno Sialelli introduit peu à peu dans ces looks simples des détails sophistiqués, tels ces broderies jaunes ou ses boutons blancs sur un manteau noir ou ces pois sur des manteaux en cuir ou en peau de reptile orange.
 
Les tissus brocart et des soies imprimées viennent illuminer l’ensemble dans des vestes et des jupes à longs pans. Des robes en tulle caressent délicatement le corps, tandis que de fines petites robes drapées se teintent de pastel.
 
Musique orientale et tambourin rythment ce défilé aquatique, où les vagues immergent tout l’espace, ondulant sur les murs ou la moquette couleur sable en reflets changeants. La mer est bien présente dans la collection. Les femmes s’habillent de filets de pêcheur, en tops et tuniques étincelantes. Les filets servent aussi de sacs, couverts de cristaux. Elles endossent également des justaucorps turquoise à cagoule, façon tenue de plongée, les pieds chaussées de mules à longs poils qui font penser à des palmes.
 

Germanier, printemps-été 2023 - ph Dominique Muret


 
Après la mesure, la démesure avec Germanier, qui signe une collection pour le printemps-été 2023 particulièrement exubérante et vitale avec une mode festive, super colorée, à la fois très glamour et éthique. Le fondateur du label, le suisse Kevin Germanier, manie lui-aussi les ciseaux pour trouer et lacérer des chemises blanches, dont les béances sont ensuite décorées de silicone pailleté. Ailleurs, il redessine les formes sur des tuniques en tulle couleur chair, dont certaines parties sont ultra décorées par accumulation d’ornements, tandis que d’autres sont laissées nues.
 
Cette saison, le styliste prend plus que jamais tout ce qui lui tombe sous la main pour confectionner ses tenues féériques recyclées: plumes, pierreries, grosses paillettes, strass, franges en papier ou en tissu, pierreries, perles. Ces différents éléments sont agencés selon couleurs et formes. En grandes guirlandes ou volumes.
 
Des robes résille emprisonnent toutes sortes de décorations, telle une toile d’araignée ses victimes. Des robes entières sont constituées de colliers en plastique multicolores. De légères plumes d’autruche arc-en-ciel composent une majestueuse capote avec grande coiffe flottante assortie pour un look final très applaudi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com