×
Par
Adnkronos
Traduit par
Cecile Herrero
Publié le
25 nov. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Patrizio Bertelli (Prada Group): "Les salaires doivent être augmentés ou le mécontentement social prendra le dessus"

Par
Adnkronos
Traduit par
Cecile Herrero
Publié le
25 nov. 2022

"Le problème fondamental de l'industrie italienne est le salaire de base : il n'est plus suffisant. Nous devons investir dans les ressources humaines, de toutes sortes, en commençant par les usines et les travailleurs, pour augmenter le salaire de base. Et il y a deux cas de figure: soit l'entreprise assume la charge des coûts, soit l'État doit s'en charger. Si cela n'est pas fait, le mécontentement social prendra le dessus". C'est ce qu'affirme Patrizio Bertelli, propriétaire du groupe Prada avec son épouse Miuccia, qui, dans une interview accordée à La Repubblica, souligne: "Dans les usines, nous percevons trop de malaise, les gens sont malheureux, l'enthousiasme doit revenir, sans énergie positive, nous ne pouvons pas nous développer et tout devient plus difficile". 


Patrizio Bertelli - DR



"Le salaire de base des travailleurs", souligne Patrizio Bertelli, "concerne 8 à 10 millions de personnes, qui en ce moment ne savent pas comment faire face à l'augmentation de l'essence, des factures d'électricité, des denrées alimentaires". Une stratégie claire doit être mise en place, quelle que soit la couleur du gouvernement, pour mettre plus d'argent dans les poches des travailleurs. Ce n'est que de cette manière que l'enthousiasme pourra revenir et que l'économie pourra se redresser". 

Selon le numéro un de Prada, "l'Italie a besoin d'une percée, tout comme il y a eu une percée inflationniste, après presque une décennie de prix stationnaires proches de zéro". Le ministre Giorgetti, souligne Patrizio Bertelli, "devrait prendre une décision stratégique, très forte, dans cette direction". Nous avons de nombreuses entreprises qui se portent bien et nous sommes le deuxième pays producteur en Europe. La main-d'œuvre est le moteur de l'Italie".

Une prime exceptionnelle peut-elle être utile ? "De nombreuses entreprises, dont la nôtre, accordent des primes en fin d'année à leurs employés, mais il s'agit d'une solution inégale", poursuit Patrizio Bertelli. Nous devons la rendre plus structurelle et ne pas la laisser à l'initiative des entrepreneurs individuels".