×
Publicités
Publié le
22 juil. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Philéo Landowski séduit avec sa marque de chaussures

Publié le
22 juil. 2022

En moins de deux ans, la marque de chaussures française Philéo (qui signifie "aimer" en grec, ndlr,), créée par le jeune designer Philéo Landowski en 2019, s’est invitée dans les points de vente les plus courus de la planète. 


Philéo Landowski, le créateur de la marque Philéo


D’abord présentées au Trading Museum Paris de Comme des Garçons en 2020, les sneakers Philéo font leur entrée quelques semaines plus tard dans les magasins Dover Street Market, à New York, Paris et Tokyo. Suivront le Printemps de l’Homme à Paris, quelques concept-stores réputés en régions, ainsi de Jogging à Marseille et United Legend à Strasbourg, mais aussi Selfridges à Londres et la plateforme en ligne Ssense.
 
Au total, près d’une trentaine de points de vente, et une présence dans treize pays, dont les Pays-Bas, la France, le Danemark, le Japon,  la Chine, les Etats-Unis ou encore le Royaume-Uni. 

Lancé dans l’aventure entrepreneuriale à 15 ans – il avait débuté avec une marque de trottinettes électriques -, Philéo Landowski se forme quelques mois chez Céline, époque Phoebe Philo, où le style minimaliste de la maison l’inspire.

En 2018, à 18 ans, il lance sa première marque de chaussures Philéo. "J’ai eu la chance de grandir dans un environnement créatif, avec des parents artistes, explique-t-il, ce qui m’a toujours poussé à chercher, faire et créer. Après une première expérience d’entreprise, ma passion pour la sneaker m’a fait passer de collectionneur à créateur. Un accessoire complexe, technique, fonctionnel et qui m’inspire en permanence."


Le modèle Massive Jane


Sensible aux démarches environnementales, le créateur dévoile des sneakers sans cuir animal, en toile, et confectionnées à partir de fibre de pomme. Le style est lui minimaliste et architectural, et le positionnement prix oscille entre 245 et 420 euros la paire.
 
"Dans une industrie saturée par les grosses marques telles que Adidas, Asics, Nike ou Reebok, mes sneakers se différencient principalement par le fait de ne pas faire de compromis entre la proposition créative, soit des chaussures conçues comme de beaux objets, aux formes exagérées et minimales, et la façon de produire. Chaque saison, je m’efforce de proposer quelque chose de toujours plus intéressant et créatif, tout en respectant mes convictions sociales et environnementales."
 
Le créateur, qui vient de fêter ses 20 ans, tablera dans les prochains mois sur la consolidation de la marque. "Nous voulons durer dans le temps, indique-t-il, et il nous faut créer des bases solides. La création et la consolidation de l’image de marque seront également nos priorités."


Le modèle Blue Flower


Quant à son jeune âge, aucun stress sur le sujet: "Je n’ai jamais vu cela comme un handicap, au contraire, j’ai la chance d’être en marge. Reste à être bien entouré, indispensable dans toute aventure créative, et à toujours se confronter au regard des autres. On est rarement la bonne personne pour savoir lorsque l’on s’égare."
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com