×
Publié le
25 févr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Place à l’extravagance avec Moschino, GCDS et Plein Sport

Publié le
25 févr. 2022

A Milan, l’ambiance se fait de plus en électrique au fur et à mesure qu'avance la Fashion Week, avec un retour marqué aux shows déjantés. A l’instar de ceux de Moschino et GCDS, qui avaient glissé chacun dans leur carton d'invitation une mystérieuse clé dorée, et n’ont pas déçu les attentes jeudi soir, tandis que de son côté Plein Sport conviait tout le monde dans la troisième dimension du métavers.
 

Moschino, automne/hiver 2022/23 - DR


Chez Moschino, la clé donne accès à une somptueuse demeure, hésitant entre style baroque et Louis XIV. Les maîtresses de maison reçoivent dans un énorme salon au sol à carreaux blancs rétro lumineux, avec guéridons, fauteuils et toiles d’époque. Elles traversent l’espace avec emphase, prenant ici et là des poses exagérées pour faire admirer leurs tenues.
 
Super chics dans leurs tailleurs en tweed noirs et blancs et leurs petits manteaux à boutons dorés, elles affichent des décorations insolites qui, à y regarder de plus près, semblent tout droit sortir du mobilier du palais. A commencer par la fameuse clé, forcément ancienne, qui pend d’un micro-sac ou se démultiplie en motifs dorés sur une combinaison moulante en velours noir, tandis qu’un trou de serrure s’ouvre sur une poitrine dans une robe ajustée.

C’est ensuite au tour de l’argenterie de se pavaner. Cuillères et fourchettes dorées, appliquées en chevrons sur robes et vestes, remplacent les passementeries des vestes de hussard. De vraies passementeries en fil doré illuminent ailleurs cols et poignets, s’inspirant des lambris ou des décorations à la feuille dorées des meubles antiques de l'édifice. Fauteuils et sofas de velours rouge se retrouvent quant à eux dans des robes bustiers et blousons rouges matelassés, tandis que rideaux, tapis à franges et tapisserie servent à confectionner de majestueuses robes à traîne.
 
La grande horloge se transforme en robe-fourreau, le paravent japonais en robe géométrique, tandis que les cadres dorées s’emparent des vêtements qu’ils encadrent avec grandiloquence, mais parfois aussi malicieusement, comme ces petits cadres qui s’ouvrent sur les seins ou les fesses. Les accessoires, comme toujours chez Moschino, sont délirants et ludiques: des mini-lustres de cristal accrochés en boucles d’oreilles aux cordons de rideaux à pompon jouant les ceintures, en passant par l’abat-jour transformé en chapeau (tout comme le vase ancien de porcelaine ou le chandelier) et le plateau d’argent métamorphosé en bustier-bouclier. Tout brille et scintille dans cette garde-robe particulièrement kitch et baroque.
 

GCDS, automne-hiver 2022/23 - DR


Chez GCDS, la clé ouvre une grande porte rouge qui donne sur un tout autre royaume… Le château de Dracula. Derrière la porte apparaissent dans une brume mystérieuse, baignée d’une lueur rouge, d’étranges créatures. Des princesses endormies se présentent moulées dans des combishorts bordés de longues franges, en mohair lâche et troué aux teintes pastel. Des sorcières revêtent des robes glamour à gros nœuds et des manteaux majestueux en vinyle rose fluo, vert pomme ou blanc.
 
D’autres, cagoulées, endossent des robes à longs poils rose shocking ou en laine bouclée pour un effet Yeti, les jambes enserrées dans des cuissardes luisantes. Une Catwoman en a enfilé une paire d’un rouge sang sur une combinaison ajourée en maille rose, tandis qu’une veuve noire en bas et porte-jarretelles se cache sous un long voile en dentelle.
 
Changement de décor chez Plein Sport, qui plonge son public dans la troisième dimension. Pour la grande relance de sa ligne sportive, le designer allemand Philipp Plein n'a pas prévu de défilé, mais une conférence pour nous illustrer ce nouveau monde intangible. Il reçoit dans l’espace qu’il vient d’acheter au cœur de Milan pour en faire un hôtel. Le lieu est transformé pour l’occasion en une sorte de vaisseau spatial aux parois-écrans.
 
Soudain, l'une d'elle s'entrouvre dans un déluge d’éclairs laissant s'avancer au milieu de la scène, sur un piédestal métallique clignotant, un robot métallique humanoïde, qui se présente sous le nom de Romeo 0.1. L’occasion pour le designer de présenter au public, par l’intermédiaire de Romeo, ses nombreux projets NFT et dans le métavers, où il vient d’investir l’équivalent de 1,4 million de dollars dans un espace virtuel sur Decentraland.
 
C’est dans ce contexte futuriste que veut s’inscrire désormais Plein Sport, destiné à devenir "la marque technologique la plus avancée dans le secteur du luxe", dont il nous a été donné à voir pour l'heure que quelques images de sneakers virtuelles.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com