×

Pour Bernard Arnault, LVMH est "une affaire familiale"

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 19 avr. 2019
Temps de lecture
access_time 7 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH est un des groupes français les plus prospères, avec à sa tête Bernard Arnault, son président et principal actionnaire, l'homme le plus riche d'Europe. Pourtant, jeudi, à l'assemblée annuelle des actionnaires, le baron du luxe parlait du conglomérat géant comme d'une simple « affaire familiale ». Tout en exprimant son choc face aux critiques des internautes au sujet de la dernière décision en date de LVMH, qui va donner 200 millions d'euros pour la restauration de Notre-Dame de Paris. 


Le comité exécutif à l'Assemblée Générale de LVMH, le 18 avril 2019 à Paris


S'exprimant devant un parterre de 2 000 actionnaires réunis dans l'espace d'exposition du Carrousel du Louvre, Bernard Arnault a également prédit que le cognac Hennessy allait bientôt prendre la première place des ventes mondiales de spiritueux et s'est félicité du « renouvellement des talents créatifs » des maisons de mode et d'accessoires de l'écurie LVMH : Louis Vuitton, Christian Dior et Celine.

Le grand patron a également révélé que Fendi allait organiser, en juillet prochain à Rome, un défilé commémoratif spécial consacré au travail de feu Karl Lagerfeld. Le couturier allemand a dirigé le studio de création du spécialiste de la fourrure pendant plus de cinq décennies. « C'est avec une grande tristesse que nous avons fait nos adieux à Karl, qui était le cœur et l'âme de cette griffe. C'est sans aucun doute la plus longue relation entre une maison et son directeur artistique. »

Mais l'homme d'affaires a fait semblant de ne rien savoir quand FashionNetwork.com lui a posé des questions sur ses projets d'avenir pour Rihanna. Comme on l'a appris il y a quelques semaines, le groupe de mode LVMH a créé une société appelée Project Loud, du même nom que le cinquième album studio de la chanteuse. LVMH a ensuite injecté 60 millions d'euros dans la nouvelle société et nommé un président, Jean-Baptiste Voisin. Dernier indice, le siège de Project Loud se trouve dans le même bâtiment que la division mode de LVMH, rue Jean-Goujon.

« Oui, nous sommes intéressés par Rihanna. Vous aussi, j'imagine. C'est une chanteuse extraordinaire. Mais vous m'avez surpris et comme c'est une surprise, je ne peux pas en dire plus », a contourné Bernard Arnault, accompagnant sa plaisanterie d'un clin d'œil à peine dissimulé.
 
Il a cependant confirmé une autre rumeur rapportée par FashionNetwork.com, selon laquelle Christian Dior a fait l'acquisition d'un grand espace commercial au 127 avenue des Champs-Elysées, « un pop-up éphémère ». « Il s'agit d'un espace temporaire que nous utiliserons lors des travaux de notre flagship de l'avenue Montaigne, qui fera l'objet d'une importante rénovation. J'espère que lorsque les travaux commenceront dans notre emplacement temporaire, le problème des gilets jaunes sera réglé. »

Mais Bernard Arnault a nié les récentes informations selon lesquelles LVMH aurait discrètement approché des acquéreurs potentiels pour Pucci, sa maison de couture florentine célèbre pour ses couleurs vives : « Oh, ce n'est pas tout à fait vrai. L'entreprise n'est pas à vendre. »

Et Bernard Arnault refuse également de révéler l'importance de la participation de LVMH au capital du média Internet spécialisé The Business of Fashion. BoF, comme on l'appelle plus souvent, publie un avertissement à la suite de tous ses articles sur LVMH, qui précise que « LVMH fait partie d'un groupe d'investisseurs qui détiennent ensemble une participation minoritaire dans The Business of Fashion. Tous les investisseurs ont signé des documents garantissant l'indépendance éditoriale totale de BoF ». « C'est un tout petit investissement que nous avons fait il y a longtemps », balaie Bernard Arnault d'un revers de la main.


Notre-Dame en proie aux flammes, le lundi 15 avril 2019 - AFP


Bernard Arnault a reçu un tonnerre d'applaudissements quand un actionnaire l'a félicité pour la décision du groupe LVMH, qui va faire don de 200 millions d'euros pour la restauration de Notre-Dame de Paris. « Cela ne nous donne pas droit à un allègement fiscal. C'est une fausse polémique. Mais il est assez déconcertant qu'en France, on soit critiqué même quand on fait quelque chose pour aller dans le sens de l'intérêt général. Malheureusement, notre décision a fait l'objet de critiques dans certaines émissions de télévision, où la mesquinerie règne plutôt que la recherche du bien commun. Pour moi, Notre-Dame est un symbole éternel de la France », a-t-il souligné.

À tous points de vue, les résultats de LVMH en 2018 ont été impressionnants : près de 47 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont plus de 25 milliards d'euros pour le seul second semestre. Par ailleurs, au premier trimestre 2019, le groupe a enregistré une croissance de 16 % de son chiffre d'affaires, à 12,53 milliards d'euros.

Dans une présentation consacrée aux résultats du groupe, Jean-Jacques Guiony, directeur financier de LVMH, a rappelé que les deux marchés principaux de LVMH restent la Chine et les États-Unis, avec respectivement 29 % et 24 % du chiffre d'affaires total du groupe. Le résultat net a également progressé de 18 %, à 6,354 milliards d'euros, tandis que le résultat opérationnel a atteint 10 milliards d'euros, soit une progression de près de deux milliards d'euros. LVMH souffre donc d'un endettement relativement modeste, d'à peine 5,487 milliards d'euros, et d'un flux de trésorerie de 5,4 milliards d'euros : la situation est idéale pour financer ses acquisitions futures.

À la tribune, Bernard Arnault, vêtu d'un costume bleu marine, avec son insigne de la Légion d'honneur bien en évidence sur le revers de la veste, s'est extasié sur « la performance exceptionnelle de Louis Vuitton ». « Pour la première fois, la marque a réalisé un chiffre d'affaires de plus de 10 milliards d'euros », s'est-il réjoui.

Le grand patron a salué « le renouveau de plusieurs de nos maisons de mode », les « défilés exceptionnels » de plusieurs marques, ainsi que l'arrivée de Virgil Abloh à la tête du prêt-à-porter masculin de Louis Vuitton. « Presque tous les produits qu'il a dessinés sont déjà écoulés. Ses collections se vendent comme des bouteilles de Romanée Conti, avec la qualité Vuitton. Et en quelques heures, ils se revendent encore plus cher sur Internet. Ce n'est pas notre objectif, mais cela montre le succès unique de cette offre. »


La prochaine boutique Christian Dior sur les Champs-Élysées


À propos de Christian Dior, le milliardaire a salué « une performance très réussie », ajoutant que « Pietro s'entend bien avec notre directeur créatif, car ils sont tous deux italiens », clin d'oeil au PDG, Pietro Beccari, et à la directrice artistique, Maria Grazia Chiuri. D'humeur joueuse, Bernard Arnault n'a pas manqué d'évoquer le succès de l'exposition sur Dior au Victoria & Albert Museum de Londres : « Tant de gens voulaient la voir, il a fallu la prolonger. Plutôt réjouissant pour Pietro, car le musée a demandé à payer pour cette prolongation », ce qui a fait éclater de rire le public, composé en majorité de personnes âgées.

« Autre développement très important cette année : l'arrivée d'Hedi Slimane, sous la direction de Sidney Toledano. Résultat : un grand succès. C'est un créateur exceptionnel, qui a connu un succès mondial chez Dior Homme. Son dernier défilé masculin, sur la place de la Concorde, était sensationnel. Il y a déjà une liste d'attente pour s'offrir ses produits. Nous espérons être capables d'en produire suffisamment. »

« Notre groupe a quelque chose de familial, il n'est pas géré par un groupe anonyme, mais par une famille, comme d'ailleurs toutes ces maisons au sein du groupe, qui ont commencé par l'ambition d'une famille. Et c'est l'esprit de famille que nous voulons maintenir », a déclaré Bernard Arnault, dont trois enfants, Delphine (directrice générale de Vuitton), Antoine (PDG de Berluti et président de Loro Piana) et Alexandre (PDG de Rimowa) étaient au premier rang du public. On estime que le Groupe Arnault, la holding de Bernard Arnault, contrôle environ 47 % du capital et 63 % des droits de vote de LVMH.

On ne pouvait s'empêcher de remarquer que sur la cinquantaine des marques de LVMH, seule une douzaine figurait sur la toile de fond de l'estrade : une robe Louis Vuitton portée par l'actrice Alicia Vikander, des chaussures Berluti, une valise Rimowa, des bouteilles Dom Pérignon et Hennessy, des sacs Dior, l'entrée d'un magasin Sephora, et la Fondation Louis Vuitton.

Des cinq enfants de Bernard Arnault, seule Delphine siège au comité exécutif de LVMH, présent au grand complet pour la séance de questions. Curieusement, seul Bernard Arnault a répondu aux questions, même lorsqu'elles étaient adressées directement à plusieurs de ses PDG. À l'exception de Delphine Arnault et de Chantal Gaemperle, responsable des ressources humaines, le conseil d'administration de LVMH est entièrement masculin. Ce qui n'a pas empêché Bernard Arnault d'assurer : « Chez LVMH, la parité entre hommes et femmes sera bientôt atteinte ! »  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com