×
Publié le
4 mars 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Quels liens entre les industries mode d'Europe, de Russie et d'Ukraine ?

Publié le
4 mars 2022

L'invasion de l'Ukraine a pris par surprise les industries européennes et russes du textile-habillement. A l'heure où marques et fédérations de la mode multiplient les marques de soutien au peuple ukrainien, FashionNetwork.com se penche sur la réalité des industries textiles ukrainiennes et russes. Et sur l'impact que pourrait avoir le conflit en termes de débouchés et d'approvisionnement.


Shutterstock



Instance de promotion de l'industrie ukrainienne, Ukraine Invest indique que le pays compterait plus de 2.500 entreprises opérant dans les domaines du textile, de l'habillement et de la chaussure, dont quelque 500 dans le textile. En 2019, la filière revendiquait ainsi 16.000 personnes pour l'habillement/chaussure, et 16.000 pour la fabrication de matières. Deux branches qui affichaient respectivement 850 millions et 330 millions de dollars la même année.

Parmi les clients stars des industriels locaux, l'organe de promotion cite Adidas, Zara, Esprit, Next, Mexx, United Colors of Benetton, Tommy Hilfiger ou encore Hugo Boss. Selon les chiffres étatiques, le textile-habillement ukrainien réaliserait de 80 à 90% de son chiffre d'affaires à l'exportation.

L'Institut Français de la Mode (IFM) indique à FashionNetwork.com que l'Union Européenne (et le Royaume-Uni) ont l'an passé exporté vers l'Ukraine pour 642 millions d'euros d'habillement (2,09% du total) et pour 727 millions d'euros de textile (3,09% du total). Comme l'avait pointé FashionNetwork.com, l'Ukraine est en revanche un fournisseur marginal pour l'UE, vers laquelle le pays a exporté l'an passé pour 347 millions d'euros d'habillement (0,40% du total des importations européennes d'habillement) et pour 166 millions d'euros de textile (0,45%).

Une industrie russe limitée mais non négligeable



Le textile-habillement serait le deuxième secteur industriel de la Russie, après l'agro-alimentaire, avec environ 4.000 milliards de rouble de chiffre d'affaires (32,7 milliards d'euros à taux de change actuel, après effondrement du rouble). Si le pays ne pèse selon l'OMC que 0,2% des exportations mondiales de habillement, il représente en revanche 1,6% des importations mondiales du secteur (NB: contre 4,7% pour la France). Sur la décennie écoulée, la filière textile russe aurait vu fondre ses effectifs, passés de 400.000 à près de 25.000 avant-crise.


L'usine Bosco Manufactory à Kaluga (Russie) en février 2021 - Shutterstock



En 2021, l'Union européenne a exporté pour 2,34 milliards d'euros d'habillement vers la Russie. Soit 7,60% du total des exportations de la filière européenne. "Contrairement à l'image que peut renvoyer la Russie et ses milliardaires, la Russie ne pèse pas énormément dans nos exportations de luxe", pointe Gildas Minvielle, directeur de l'Observatoire Economique de l'IFM. Il souligne cependant que la situation du marché russe pourrait fragiliser l'industrie italienne, qui génère à elle-seule près d'un tiers des exportations d'habillement vers le pays". Côté textile, la Russie capte 3,7% des exportations européennes, avec 860 millions d'euros.

Mais quid des fournisseurs russes de l'Europe? Il ressort que leurs parts de marché sont encore inférieures à celles de leurs confrères ukrainiens. La Russie a l'an passé exporté pour 39 millions d'euros d'habillement vers l'Europe (0,05% des importations européennes d'habillement), et pour 98 millions d'euros de textile (0,27% du marché). Des chiffres qui pourraient rassurer sur l'impact de la guerre sur la filière européenne. Mais qui ne doivent pas faire oublier qu'ils se traduisent par un vide potentiel dans l'approvisionnement de PME européennes du textile-habillement, qui n'avaient pas attendu le conflit pour être sous-pression.

Crises des énergies, des débouchés et de la consommation



La confédération européenne de l'industrie textile, Euratex, a rappelé le 2 mars qu'une conséquence concrète du conflit menace la filière dans son ensemble: les hausses des coûts de l'énergie. Les industriels européens ont en effet vu grimper dangereusement depuis l'été les prix du gaz et de l'électricité. Une situation qui s'aggrave dans le bras de fer que se livre désormais entre européens et russes: Moscou étant un fournisseur clef d'énergie pour l'Europe Centrale et l'Europe de l'Est. La situation est telle que, selon Euratex, des industriels du textile évoquent la possibilité de stopper les productions, faute de pouvoir encaisser de nouvelles hausses.


Le grand magasin Tsum de Moscou affiche une offre largement composée de marques étrangères, et notamment européennes - Shutterstock


Au-delà des industriels, ce sont les marques et enseignes clientes qui doivent relever leurs propres défis. A commencer par celles vendant en Russie. L'offre d'habillement-chaussure ne serait en Russie composé qu'à environ 20% de marques locales. Les nombreuses marques étrangères habillant les Russes se voient donc aujourd'hui confrontées à des choix difficiles. Nombre de grandes marques annoncent se retirer du marché, par solidarité avec l'Ukraine. Mais nombre de labels n'ont pas forcément les reins assez solides pour se priver des consommateurs russes. Et ceci malgré les incertitudes entourant le pouvoir d'achat de ces derniers, à l'heure où le rouble affiche un inquiétant affaissement.

Plus largement, les industriels européens espèrent que la situation ne va pas freiner la consommation, et donc les commandes. En France, l'Alliance du Commerce (enseignes mode-chaussures) indique avoir déjà constaté un affaissement des commandes sur la dernière semaine de février. La situation inquiète d'autant plus que le marché européen n'avait toujours pas retrouvé son niveau d'avant-Covid. "Nous sommes dans une ambiance anxiogène, où l'on évoque la IIIe Guerre Mondiale", résume Gildas Minvielle: "Il est difficile d'imaginer que tout cela n'aura pas un impact fort sur la consommation et l'industrie dans son ensemble".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com