×
Par
AFP
Publié le
24 avr. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Rana Plaza un an après: il faut "faire plus" dans le domaine de la sécurité selon l'UE

Par
AFP
Publié le
24 avr. 2014

Bruxelles, 24 avr 2014 (AFP) - Des "progrès significatifs" ont été accomplis pour améliorer la sécurité des travailleurs du secteur textile au Bangladesh, un an après la tragédie du Rana Plaza, mais "il faut faire plus", a estimé jeudi la Commission européenne.

John Clancy, porte-parole de Karel De Gucht. Photo Commission européenne.


"Nous avons vu des progrès significatifs (dans le domaine de la sécurité) au cours des derniers mois. Mais il faut faire plus", a dit John Clancy, le porte-parole du commissaire au Commerce, Karel De Gucht."Des progrès substantiels sur les questions relatives aux conditions de travail sont importants pour que le Bangladesh continue de bénéficier d'un accès préférentiel aux marchés de l'UE" pour ses vêtements, a insisté le porte-parole.

Il a renouvelé la proposition de l'UE d'aider les autorités du Bangladesh à réformer son secteur textile pour le mettre en conformité avec les normes de l'Organisation internationale du travail (OIT).

L'effondrement du Rana Plaza a tué 1 138 ouvriers et blessé plus de 2 000 autres, mettant en lumière les conditions de sécurité déplorables dans les ateliers et les salaires et conditions de travail misérables des salariés. Près d'une trentaine de chaînes de distribution occidentales, dont Benetton, Auchan, Mango ou Carrefour, sont soupçonnées d'avoir sous-traité leur production à un moment ou à un autre au Rana Plaza.

Si le débat n'est pas tranché sur le partage des responsabilités, la plupart des observateurs reconnaissent que des efforts ont été faits en matière de sécurité. Les inspections ont déjà permis la fermeture de 16 usines et des centaines d'autres devront améliorer leur sécurité. L'association des fabricants et exportateurs de textile du Bangladesh (BGMEA) a ordonné de son côté la fermeture de 23 ateliers.

Signe de sa vigueur, l'industrie textile du Bangladesh, qui a longtemps résisté à la hausse du salaire minimum passé de 38 à 68 dollars par mois, a affiché une hausse de 15% de ses exportations en mars sur un an.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.