×
Publié le
11 févr. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Soldes : la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin veut se faire entendre

Publié le
11 févr. 2016

En annonçant l'ouverture prochaine d'une commission de concertation du commerce, la secrétaire d'Etat, Martine Pinville, a un peu entrouvert la porte... Une porte dans laquelle la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin aimerait bien mettre le pied. Si les échos disent le ministère peu enclin à réformer à nouveau les soldes dans l'immédiat, c'est bien sur ce terrain que la FFPAPF aimerait engager le débat.

Photo - AFP


S'appuyant sur ses chiffres du marché français du prêt-à-porter féminin, la fédération affirme que la dérégulation des prix se poursuit et empire : en 2015, 45,2 % des achats ont été faits en soldes ou en promotion. Un chiffre record après plusieurs années de hausses successives alors que ce taux était de 34 % en 2011.

La suppression des soldes flottants n'aurait pas permis d'inverser la tendance l'été dernier. Dans le détail, leur suppression a bien permis de faire baisser de 6,4 % points la part des achats en soldes, mais, par effet de remplacement, les achats en promotion ont vu leur part augmenter de 7,3 points.

La simple suppression des soldes flottants n'a donc pas suffi aux yeux de Daniel Wertel, président de la FFPAPF. Il évoque à nouveau deux solutions : décaler les soldes pour qu'elles interviennent plus tard dans la saison, mais aussi les raccourcir. « Six semaines, cela ne veut rien dire, explique-t-il. Personne n'a de stock pour solder pendant six semaines ! »

Limiter les soldes à trois semaines et les retarder d'un mois, c'est la proposition qu'il entend donc défendre auprès de la commission de concertation. Face aux succursalistes ou aux grands magasins notamment, il espère convaincre que ces mesures seraient profitables à tous, et pas seulement aux multimarques, deuxième circuit de distribution de prêt-à-porter féminin derrière les chaînes spécialisées.

Si le ministère promet l'édition prochaine d'un guide des bonnes pratiques en matière de soldes à l'usage des professionnels et des consommateurs, la fédération veut aller plus loin pour revenir à une bonne compréhension des prix et sortir d'un cercle vicieux.

« J'aimerais convaincre les autres acteurs du commerce que ces mesures vont redonner du sens aux soldes et donc améliorer l'image de l'ensemble de la filière. Il en va de la survie des multimarques, donc des marques, et plus largement des centres-villes également », conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com