×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
22 févr. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Sportswear, décadence et suffragettes à la London Fashion Week

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
22 févr. 2022

Lundi, l’heure était à l’émancipation à la Fashion Week de Londres, avec des défilés de designers britanniques uniques: la déferlante de Roksanda, le cabaret moderniste d’Erdem et les suffragettes chics de Paul & Joe.
 

Roksanda : d’Eva Rotschild à Fila



La journée du lundi a démarré sur des chapeaux de roue avec Roksanda, qui associe l’univers graphique de l’artiste irlandaise Eva Rotschild avec une brillante collaboration avec le géant du sportswear Fila dans un défilé remarquable.


Collection automne/hiver 2022 de Roksanda à Londres - Roksanda


Aucun partenariat entre le luxe et le sportswear n’avait encore atteint ce niveau. Les doudounes et couvertures brillantes et volumineuses, les robes tech et les moon-boots futuristes de Roksanda seront sans nul doute essentiels dans tous les bars d’altitude des stations de ski les plus branchées dès l’année prochaine.
 
"Le sport est omniprésent aujourd’hui, il nous entoure. J’ai eu envie de le croiser avec des éléments de haute couture pour refléter ce qui me définit", expliquait la créatrice après le défilé.

La présentation a eu lieu dans la galerie principale de la Tate Britain, où étaient exposées plusieurs immenses sculptures d’Eva Rotschild, dont les couleurs revenaient dans plusieurs looks de cette collection automne/hiver 2022/23. En particulier, une fabuleuse robe multicolore en patchwork graphique, vraiment époustouflante.
 
Roksanda a aussi enrichi sa collection de salopettes élégantes, de vestes mélangeant des rayures sous différents angles, de manteaux masculins à doublure matelassée et de longues robes en satin noir à inserts en métal doré. Des pièces géniales en tous points, tout comme les bottes Dear Frances bicolores en cuir verni.
 
Il vaut mieux être grande pour porter les volumes de Roksanda, mais si l’on fait preuve de l’assurance suffisante, son style a de quoi donner des ailes. Pour renforcer la fascination éthérée émanant des vêtements, les mannequins avaient les yeux soulignés et surlignés d’eye-liner, une excellente trouvaille de la maquilleuse Miranda Joyce.
 
Mais ce défilé restera surtout dans les annales pour sa vision d’une collaboration sport, modifiée à jamais.
 

Erdem : l’expressionnisme prend possession de Sadler’s Wells



Chez Erdem, l’heure est à la décadence divine de l’entre deux guerres. Erdem Moralioglu signe une collection d’une grande beauté, inspirée des années 1930.


Collection automne/hiver 2022 d’Erdem à Londres - Erdem


Le créateur fait référence à des femmes photographes et artistes, comme Madame d’Ora, une photographe autrichienne de mode et de portrait. Il en profite pour rappeler qu’en Allemagne, les femmes ont eu le droit de vote en 1919.
 
Le tout dans un écrin tout noir au théâtre de Sadler’s Wells, où un pianiste tout seul sur un piano à queue régalait les oreilles des mannequins et des spectateurs, dans une pièce malheureusement si sombre qu’il en devenait difficile de discerner les vêtements.
 
Un événement dans le plus pur style cabaret, rappelant la fougue des années 1930 à Berlin, avec des robes de style Charleston revisitées, couvertes de sequins, frangées et à taille rabaissée. Elles étaient portées avec des écharpes en sequins, des richelieux en perles et de longs gants à clous argentés.
 
"J’ai toujours adoré les sequins sur les robes de cocktail, depuis mon enfance", s’amuse Erdem en coulisses, après un défilé particulièrement brillant (littéralement).
 
Rien de rétro dans ces vêtements, cependant: Erdem superpose des brassières en nylon brodées de perles sur des robes rutilantes et des robes de cocktail à micro-plissage, ou associe des robes en cascade de dentelle avec des casques d’aviateur en résille métallique.
 
Une collection qui reflète clairement l’influence du lancement récent du menswear chez Erdem, avec plusieurs manteaux à double boutonnage en mohair de style masculin. Plusieurs looks reprenaient tout simplement les costumes pour homme sur des mannequins femme.
 
"Après avoir travaillé sur la collection homme, j’ai réfléchi aux archétypes de la féminité et de la masculinité placés ensemble. Et j’ai regardé du côté de chez Fortuny et de tout le concept des robes brodées", explique Erdem, qui fait partie des donateurs de Sadler’s Wells.
 

Paul & Joe : Suffragette chic



Comptez la maison française pour rendre hommage à Emmeline Pankhurst dans sa lutte pour le droit de vote des femmes. Le tout traduit en une série de vêtements émancipateurs qui conservent une approche très décontractée mais élégante.


Collection automne/hiver 2022 de Paul & Joe à Londres - Paul & Joe


"Une femme douce, de la campagne", commente la créatrice Sophie Mechaly pour décrire son intelligent mariage d’insouciance française et de persévérance anglaise.
 
Des chemisiers complétés par des cols montants de style victorien et des encolures typiques d’Emmeline Pankhurst, des manteaux sensibles et des costumes en tartan composés de jupes plissées glissées sous des blouses de maîtresse d’école.
 
Mais en tant que label parisien, Paul & Joe se devait de coiffer ses filles et ses garçons (oui, le défilé était mixte) de bérets en maille. Ces dames étaient aussi habillées de collants blancs et chaussées de richelieux à plateforme, une forte tendance cette saison.
 
Les vêtements étaient fondamentalement optimistes, malgré la retenue grave émanant de leur principale inspiration: la personne la plus déterminante dans l’émancipation électorale des femmes au XXe siècle. Elle a d’ailleurs payé le prix fort pour son engagement, arrêtée sept fois et emprisonnée pendant six semaines, une expérience qu’elle décrit comme "le processus de transformation d’un être humain en bête sauvage", une citation passée à la postérité.
 
Mais l’espièglerie était aussi bien présente, notamment dans les imprimés naïfs de l’artiste Zoe Hawk, mis en valeur par les murs en brique du cloître de Charterhouse, une école digne d’Harry Potter construite en 1601.
 
Ce défilé marquait aussi le retour de l’homme chez Paul & Joe, avec le fils de Sophie Mechaly, Adrien Albou, aux manettes. Il se concentre sur des thèmes similaires, avec des cardigans à col marin et des pantalons amples en velours côtelé, ou encore des costumes vert mousse en velours et un costume en velours chaîné digne d’une rockstar.
 
Une deuxième incursion en territoire londonien réussie par cette marque française.
 

Preen : entrez dans la danse



L’excellent ballet moderne présenté par Preen, chorégraphié par Monique Jonas, était tellement remarquable qu’il en éclipsait même souvent les vêtements.


Preen by Thornton Bregazzi - Automne/hiver 2022 - Collection femme - Londres - © PixelFormula


La collection était présentée au Heaven, un club de techno/house qui se trouve pratiquement sous Charing Cross. Les enceintes faisaient trembler les bancs où étaient sagement assis les journalistes et acheteurs, sur leur 31.
 
Les ballerines pirouettaient, effectuant des sauts et des tourbillons évoquant une grande souffrance, investissant tout l’espace de ce petit club à l’énorme système son.
 
Concernant les vêtements en eux-mêmes, la dentelle était partout, comme le laissait présager le programme du défilé, montrant plusieurs livres dont La Jeune morte en robe de dentelle de Jeanne Hyvrard. Et effectivement, la dentelle investissait aussi bien des collants noirs que des tutus rouges ou des looks lingerie dignes de femmes fatales, ainsi que des robes de flamenco.
 
Malgré la bande-son rugissante, il y eut même un moment de grâce: deux jeunes danseuses décalées, versions maléfiques d’Orgueil et Préjugés, ont présenté un duo romantique.
 
Justin Thornton et Thea Bregazzi, les designers de Preen, ont aussi imaginé des robes longues plissées à fleurs composées de plusieurs épaisseurs de tissu (l’une des grandes tendances à Londres), des doudounes à imprimés aquarelles avec de mini-volants et des pantalons de flamenco à volants pour les garçons.
 
Mais le numéro de danse restera la partie la plus mémorable de ce défilé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com