×
Par
AFP
Publié le
29 janv. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un milliard de touristes dans le monde en 2012, malgré la crise

Par
AFP
Publié le
29 janv. 2013

AFP - Le nombre de touristes dans le monde a franchi pour la première fois, en 2012, la barre du milliard, en hausse de 4% sur un an, en dépit d'un contexte généralisé "d'instabilité économique", a annoncé mardi l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Pour 2013, la tendance à la hausse devrait se maintenir "à un rythme légèrement plus modeste" avec des arrivées de touristes progressant "de 3% à 4%", a ajouté l'organisme des Nations unies, dont le siège se trouve à Madrid.

De même sur le plus long terme, l'OMT prévoit des touristes toujours plus nombreux avec "une hausse de 3,8% en moyenne par an entre 2010 et 2020", puis 1,8 milliard de touristes en 2030.

Paris est une des capitales les plus visitées (photo Pixel Formula)

"Pour la première fois, nous avons passé le milliard de touristes dans le monde. Nous sommes au-dessus de 1,035 milliard. C'est environ 39 millions de touristes internationaux de plus qu'en 2011", a souligné le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai, en présentant les chiffres annuels devant la presse.

"2012 a été une année d'instabilité économique constante dans le monde entier, en particulier dans la zone euro", où plusieurs pays ont encore dû recourir à l'aide européenne, a expliqué Taleb Rifai.

"Toutefois, le tourisme international a réussi à maintenir sa tendance" à la reprise, a-t-il ajouté, après une année 2009 qu'il avait lui-même qualifiée de "pire année depuis 60 ans" pour le tourisme. Après avoir chuté de 3,9% en 2009, le nombre de touristes dans le monde a rebondi de 6,6% en 2010 puis a progressé de 5% en 2011. En 2012, "nous avons eu un très bon dernier trimestre, bien meilleur qu'attendu", a souligné Taleb Rifai.

"Une fois encore, les économies émergentes sont restées en tête avec une croissance de 4,1% contre 3,6% pour les économies développées".

"Par région, l'Asie et le Pacifique (+7%) ont repris leur avance qu'ils avaient un peu perdu en 2011 en raison des tragiques événements au Japon", a-t-il ajouté, en référence au tsunami qui a ébranlé le pays. La stabilisation de l'industrie et de l'économie japonaise "a eu un impact très positif sur l'Asie" avec une croissance de voyageurs internationaux de 6,8%, a précisé Taleb Rifai.

L'Europe, qui reste la première destination touristique au monde, "a fait bien mieux que prévu" et a progressé de 3% en dépit de la récession qui touche la plupart des pays de la zone. Au total, les arrivées de voyageurs ont atteint 535 millions, soit 17 millions de plus qu'en 2011.

En revanche, le Moyen-Orient, en proie à des conflits comme en Syrie ou en Libye, a encore souffert d'un recul de 5% "même si cela reste mieux que les -7% de 2011", a-t-il indiqué. "Le panorama est mixte avec des pays comme l'Egypte qui fait un peu mieux qu'en 2011 mais pas aussi bien qu'en 2010", a-t-il précisé.

Comme en 2012, les régions d'Asie et du Pacifique devraient mener la danse cette année (+5% et +6% respectivement prévus), suivies de l'Afrique (de +4 à +6%), du continent américain (de 3 à 4%) et de l'Europe (2 à 3%). En revanche le Moyen-Orient pourrait particulièrement souffrir avec une large fourchette de 0 à 5%.

Ces prévisions s'inscrivent dans un contexte économique mondial incertain. Le Fonds monétaire international prévoit une croissance globale de 3,5% en 2013 mais surtout tirée par les pays émergents et par l'Asie, avec une hausse du PIB chinois de 8,2% et de l'Inde de 5,9%.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit elle une croissance réduite à 2% aux Etats-Unis cette année. La récession devrait en revanche se poursuivre dans la zone euro qui continue de nourrir de vives inquiétudes sur sa capacité à sortir de la crise de la dette.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.