×
Par
AFP
Publié le
23 janv. 2006
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Vendôme conteste délocaliser la production de savon de Marseille en Italie

Par
AFP
Publié le
23 janv. 2006

PARIS, 23 jan 2006 (AFP) - Les Laboratoires Vendôme (Le Petit Marseillais) ont contesté lundi délocaliser la production du savon de Marseille en Italie, comme indiqué dimanche par un délégué syndical, mais ont affirmé "chercher des solutions, notamment en Italie" pour "la fabrication des produits Persavon".


Zeste démêlant Le petit Marseillais

Yannick Bersoult, délégué syndical CFDT de la savonnerie NSF de Yainville (Seine-maritime), sous-traitant des Laboratoires Vendôme, avait indiqué dimanche à l'AFP que le groupe avait annoncé la "délocalisation de la production du savon de Marseille en Italie".

"D'abord, on ne fabrique rien, donc on ne peut rien délocaliser. Ensuite, le problème ne concerne que les produits fabriqués dans les usines de Yainville et Nantes, essentiellement la marque Persavon", et non les savons marseillais, a indiqué à l'AFP le PDG des Laboratoires Vendôme Marcel Elias.


Ligne Apaisante Le Petit Marseillais

Vendôme a acquis en mars 2005 les marques Persavon, La Perdrix (lessive) et Laboratoires Bernard (produits dermatologiques) appartenant à la société Savonnerie et Parfumerie Bernard (SPB). La fabrication des produits restait assurée par son ancien propriétaire.

Mais, après le double dépôt de bilan de NSF (Yainville) et SPB (Nantes) en mai 2005, l'administrateur de SPB a rompu, en juillet, le contrat qui les obligeait ensemble à fabriquer Persavon et La Perdrix pour Vendôme.

"Malgré cela, Vendôme a commandé et payé comptant (...) mais cela n'a pas permis aux sociétés de livrer régulièrement, ni de rassurer sur leur pérennité", souligne Vendôme dans un communiqué.


Visuel ambiance douche crème Mousse Onctueuse
Le Petit Marseillais

"Vendôme a aussi ses salariés. Il est impératif de rétablir l'activité qu'a compromise la défaillance de NSF et SPB", ajoute le groupe.

"Nous avons lancé des appels d'offres pour trouver un nouveau fabricant. Il est sûr que, pour partie au moins, il y aura un italien", a affirmé M. Elias, sans confirmer que l'ensemble de la production de Yainville et Nantes serait délocalisée en Italie.

Les Laboratoires Vendôme, qui emploient une centaine de personnes, ont réalisé en 2004 un chiffre d'affaires de 144 millions d'euros. Les marques Persavon, La Perdrix et Laboratoires Bernard représentent moins de 10% de ce chiffre d'affaires, a précisé M. Elias.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.