×
Publicités
Publié le
3 févr. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Accessoire Avenue tente de maintenir le cap

Publié le
3 févr. 2009

En parallèle des grands rendez-vous de la mode, la chaussure et le sac étaient à l’honneur sur Accessoire Avenue. Sur place, l’ambiance était à la prudence et au recentrage sur les grandes marques. Une façon de se rassurer face à la crise ?


Vue du salon Accessoire Avenue - Photo : Céline Vautard/FashionMag

Mais Accessoire Avenue faisait un peu pâle figure. Réunis pour la seconde fois sous un pavillon commun, le salon de la Maroquinerie et le salon de la , ex-Midec, n’en finissent pas de fondre comme neige au soleil et l’image colle parfaitement à la météo financière de ces derniers mois.

Si l’objectif annoncé par la fédération était de rassembler 450 marques exposantes, c’est assez péniblement qu’on pouvait en recenser environ 150 dans le Hall 6 du parc des expositions de la Porte de Versailles.

Certains exposants, tels que les chaussures Gaspard Yurkievich et les sacs de Benoît Duvignacq (par ailleurs désigné créateur 2009 du salon de la Maroquinerie dans le cadre de Paris, Capitale de la Création) ont même été invités par l’organisation. Afin de conférer une image plus créateur au rendez-vous ? Dans tous les cas, ils n’ont pas vraiment retenu l’attention des acheteurs habitués de l’évènement. « Nous n’entrons pas du tout dans la gamme de prix des produits que viennent chercher ici les visiteurs », note t-on chez le créateur de chaussures. « C’est d’autant plus difficile que les clients n’achètent plus que des grandes marques, confie Benoît Duvignacq. Elles prennent de moins en moins le pari du jeune designer.»

Toutefois, sur les gros stands, les commandes ont quand même eu lieu. Les résultats furent là chez Esprit, Billanbong, Douglas, Chevignon, Elite ou encore Chevignon/Naf Naf. « Le week-end s’est très bien déroulé, confirme t-on chez Esprit. Nous n’avons pas trop senti que les budgets étaient restreints.»

De leur côté, des représentants constataient une évolution des comportements d’achats : « Les boutiques savent qu’actuellement elles n’ont pas le droit à l’erreur. Elles doivent mieux cerner leurs achats et elles vont davantage jouer sur les réassorts.»

Pour autant, le visitorat se serait maintenu. Si Accessoire Avenue ne divulgue pas de chiffre, du côté de ses organisateurs, on nous annonce tout de même « qu’à huit visiteurs près, il n’y a pas eu de changement de fréquentation ».

« Je crois qu’aujourd’hui les salons se résument plus à de la promenade, conclut Benoît Duvignacq. Les salons sont peut-être trop nombreux, peut-être y a-t-il trop de propositions pour les acheteurs.» L’heure de l’écrémage aurait t-elle sonné ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com