×
Publicités
Publié le
10 oct. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

CelioClub désormais indépendant et premium

Publié le
10 oct. 2014

Né comme une déclinaison citywear de Celio, CelioClub (aux deux mots attachés selon le choix du distributeur) prend désormais le large pour se positionner sur le segment du masculin premium. L’enseigne pourrait ainsi doubler son réseau.

 


Déjà forte en France de 65 monomarques et d’une dizaine de shop-in-shop en flagship Celio, l’enseigne compte également trois adresses en Belgique et deux autres au Maroc. Tournée vers les 30-40 ans là où Celio s’adresse au 20-35 ans, CelioClub mise sur le premium pour fidéliser sa clientèle et attirer de nouveaux venus.

Chez CelioClub, il faut compter entre 250 et 350 euros pour un costume laine et laine cachemire, de 39 à 90 euros pour un pull, et entre 40 et 70 euros pour une chemise. "Tous nos prix commencent là où ceux de Celio s’arrêtent", résume Thomas Camille, directeur général de la marque, qui entend également faire du chino cinq poches une autre carte de visite de l’enseigne.

L’offre city, qui constituait l’offre de départ à la création de l’enseigne, représente désormais 30 % des références, avec costumes, chemises et autres. C’est désormais l’offre urbaine qui domine, avec parka, pantalon, polo et t-shirt. Aspect que la marque renforce par diverses collaborations.

Les membres du groupe Concorde, ambassadeurs de CelioClub


"CelioClub est assez mal ou peu connu aujourd’hui", pour son directeur. "L’objectif est désormais d’être une marque indépendante et autonome, avec son propre territoire de marque et son univers. Même si les deux marques ont toujours été séparées, elles mènent désormais leur vie indépendamment l’une de l’autre."
 
"Capacité à doubler le parc"

Partageant pour l’heure son portail commercial avec Celio, la marque aura ainsi début 2015 son propre site de vente. Mais la communication n’a pas attendu, CelioClub ayant de longue date ses propres activités sur Facebook, Instagram, Youtube et autres.

Comme pour mieux afficher ses propres couleurs, CelioClub a dévoilé en septembre son nouveau concept de magasin. Exit les vitrines noires laquées, au profit d’un bleu sombre. Le flagship du Carrefour de l'Odéon à Paris offre ainsi une relecture des codes du luxe, avec des éléments renvoyant tantôt aux appartements parisiens, tantôt aux lofts new-yorkais.

Les membres du groupe Concorde, ambassadeurs de CelioClub


Ce concept devrait être décliné dans une dizaine de points de vente d’ici mars. En attendant, le réseau travaille à son renforcement. "Il y a capacité à doubler le parc", pour Thomas Camille, qui juge que la marque peut encore largement se déployer en centre-ville, et est encore absente de certains centres commerciaux de villes majeures. "Les bailleurs savent où nous voulons aller, et ont été séduits par notre évolution", indique le directeur.

D’ici là, c’est donc par la qualité de ses produits que CelioClub entend se démarquer, sur un marché très concurrentiel. Son sourcing est déjà assuré à 50 % par des fournisseurs différents de ceux de Celio. Représentant pour l’heure la moitié des productions, le sourcing de proximité tend à se renforcer. Du côté du Maghreb et de la Turquie, mais également dans les pays de l’Est, côté costumes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com