×
Publicités
Par
AFP
Publié le
8 nov. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Chanel assigné pour "contrefaçon": jugement le 11 décembre

Par
AFP
Publié le
8 nov. 2009

PARIS, 6 nov 2009 (AFP) - Le jugement dans le procès opposant Chanel et un petit sous-traitant World Tricot qui accuse la prestigieuse marque de haute couture française de "contrefaçon", sera rendu le 11 décembre, a annoncé vendredi 6 novembre le président du tribunal de commerce de Paris.

Chanel
La directrice de World Tricot, Carmen Colle

Cette décision a été prise après quatre heures de plaidoiries des avocats des deux parties, à l'issue de quatre ans de procédure et de médiations restées vaines.

Basée à Lure (Haute-Saône) et spécialisée dans la maille de luxe, la PME World Tricot avait assigné Chanel en justice, en septembre 2005, pour "contrefaçon" et "rupture abusive de relation contractuelle".

La directrice de World Tricot, Carmen Colle, affirme avoir reconnu un de ses échantillons de tissu dans la vitrine d'une boutique Chanel à Tokyo en mars 2005 et soutient que l'enseigne de luxe a "sans raison", et drastiquement, réduit ses commandes après ses doléances.

Chanel réfute toute "contrefaçon", soulignant qu'elle en est plutôt la victime. La griffe reconnaît "un savoir-faire technique d'exception à World Tricot mais pas un savoir-faire de création". "La propriété intellectuelle revient à Chanel", affirme l'avocat de la marque, Me Gérard Delile.

Il dénonce un "dénigrement" de la griffe Chanel vis-à-vis des clients et demande 500.000 euros pour "préjudice commercial d'atteinte à son image" et un euro de dédommagement pour "préjudice moral"./p>

World Tricot, qui emploie aujourd'hui 12 salariés (contre 90 entre 1999 et 2001), réclame 2,5 millions d'euros de dommages et intérêts.

"L'honneur a été sauvé aujourd'hui. On a été entendu. Tout aura été dit et sereinement. Il y a des choses blessantes pour ma soi-disante mauvaise gestion mais je suis contente. Je suis allée jusqu'au bout et j'ai confiance en la justice", a affirmé Mme Colle à l'issue de l'audience.

"Beaucoup de chefs d'entreprises soutiennent notre cause et sont conscients des enjeux, à savoir la reconnaissance de la création qu'un artisan peut faire dans cette industrie là", a commenté l'avocat de World Tricot, Pascal Crehange.

Si sa cliente obtenait gain de cause "ce serait la première fois qu'on reconnaît un droit d'auteur à fabricant, façonnier, créateur", a-t-il ajouté.

L'avocat de Chanel, Gérard Delile qui a accusé, devant le tribunal, Mme Colle d'avoir utilisé la presse pour dénigrer la marque, n'a souhaité faire aucun commentaire à l'issue de l'audience.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.