×
Publié le
27 avr. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Girls in Paris séduit les instagrameuses

Publié le
27 avr. 2016

Girls in Paris a déjà bien grandi. On avait quitté Raphaële Four fin 2014, alors qu'elle transformait sa première aventure, le site multimarque de lingerie BodyAndCo, en une marque propre. Depuis, ce nouveau bébé a fait ses premiers pas et rodé son concept de première « Instabrand » française de lingerie.

Collection avril 16 "Nine" - Girls in Paris


Le principe, proche de celui de Sézane ou Maison Standards : des capsules qui se succèdent régulièrement dans l'année (toutes les six à huit semaines), mais pas de soldes et une politique de « prix juste » expliquée aux clientes. C'est ainsi que sa lingerie a séduit un public de jeunes femmes (moyenne d'âge 25 ans) avec un positionnement très mode, des parures à 40 euros, et une image soignée.

Car c'est sur Instagram que la marque a choisi de se lancer. Presque un an et demi plus tard, Girls in Paris rassemble une communauté de 36 000 abonnés. « L'objectif, c'est 50 000 à la fin 2016 », affirme la fondatrice. Celle-ci entend défendre son positionnement 100 % Web et concentrer ses investissements marketing sur la direction artistique de son compte Instagram.

Son parti pris un peu plus sexy et un peu plus mode que les enseignes de lingerie grand public les plus connues, la marque l'affine en effet avec la complicité d'influenceuses. « Faire de la vente directe et être proche de la communauté d'acheteuses est une vraie chance, raconte Raphaële Four. Quand nous lançons une capsule, cela nous permet de savoir en un week-end seulement quelles pièces seront les plus demandées et pourront être déclinées de nouveau dans de nouveaux coloris ou matières. »

Avec sa signature rafraîchissante (« Baskets, t-shirt et porte-jarretelles ») et ses formes majoritairement sans armatures, la griffe s'inscrit dans un courant de mode bien distinct des codes classiques de la lingerie. Elle élargira d'ailleurs son univers avec un premier test sur le maillot de bain puisqu'une capsule de deux modèles sera lancée en juin.

S'éloigner de l'univers peut-être trop connoté des spécialistes de la lingerie pour une approche davantage start-up, certes, mais Girls in Paris est tout de même épaulée. Si la marque et sa fondatrice ne communiquent pas à ce sujet, elles ont bien trouvé un investisseur en 2015, selon nos informations : le groupe Wolf Lingerie (Rosy, Billet Doux, Sans Complexe...). De quoi financer le lancement de la marque sereinement et lui donner du temps pour atteindre ses objectifs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com