×
Publié le
11 juin 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jean-Marc Génis: "Internet change le comportement du consommateur"

Publié le
11 juin 2012

Le 5 juillet prochain, L’Alliance du Commerce, qui regroupe l’Union du Grand Commerce de centre-ville (grands magasins), la Fédération des enseignes de l’habillement (chaînes spécialisées) et le Syndicat national du commerce succursaliste de la chaussure, organise une matinée-conférence sur un thème choc mais qui semble évident par les temps qui courent: “Commerce de crise ou crise du commerce”. Jean-Marc Génis, président de la FEH, explique le choix du thème et ce qu'il signifie pour les entreprises du secteur.


Jean-Marc Génis

FashionMag: Vous avez choisi un thème qui peut faire peur?
Jean-Marc Génis: “C’est un thème d’actualité, non? Certes, ce n’est pas la première fois qu’il y a une crise et c’est logique qu’elle touche le commerce. Mais cette fois, on a bien compris que ça va se prolonger. De plus, même si c’est ce qu’on retient, elle ne porte pas seulement sur les données purement économiques. La sortie de crise sera donc beaucoup plus compliquée que les autres fois.

FM: C’est-à-dire?
JMG: En fait aujourd’hui, nous assistons à une véritable rupture sur de nombreux points, une sorte de révolution. Il y a bien sûr la donne économique avec une classe moyenne qui a un peu moins d‘argent dans sa poche du fait de l’augmentation des loyers ces dernières années, du fait également de la stagnation des salaires, de l’augmentation des charges sociales y compris pour le salarié, du poids de la fiscalité, etc. Cela conduit le consommateur à arbitrer dans ses choix. Certains privilégient par exemple le high tech, le téléphone, la voiture, etc. Le consommateur d‘aujourd’hui fait en permanence des arbitrages. Du coup, l’habillement n’est peut-être pas le secteur le plus privilégié. Les armoires sont pleines.

FM: Vous êtes donc pessimiste?
JMG: Ce n’est pas une question de pessimisme ou d’optimisme. C’est la réalité. Cela conduit les enseignes à réfléchir. Il faut qu’elles soient plus vendeur. Sans compter qu’elles sont aujourd’hui face à la vente sur internet qui est en pleine expansion.


Celio mise aussi beaucoup sur internet.

FM: Internet est une lourde menace pour vos adhérents?
JMG: Ce n’est pas exactement cela puisque nous avons beaucoup d’adhérents qui ont développé des sites institutionnels et de vente. Mais ce n’est pas qu’une question de concurrence sur le chiffre d’affaires entre les magasins physiques et internet. Ce dernier change le comportement du consommateur. Il veut le même service en magasin que sur le web, où il est renseigné 24h sur 24. Le consommateur a bien plus d’informations sur les produits qu’auparavant avant même de venir en magasin. Par exemple, il en sait bien plus sur internet que ce qu’il peut apprendre en magasin. Cela conduit à revoir le comportement des vendeurs. Les technologies changent même le désir du client. Face à cela et à la crise, il faut devenir plus attrayant.

FM: ça peut changer quoi pour les enseignes?
JMG: Les changements sont évidemment difficiles à cerner. D’où le besoin par exemple d’une telle matinée-conférence. Certains évoquent le besoin de magasins plus petits, avec moins de stocks. Rappelez-vous, sur les quinze dernières années, les stratégies ont porté sur des magasins de plus en plus grands, l’augmentation des volumes et la baisse des coûts. Aujourd’hui, cela semble fini. Les matières premières augmentent, le carburant également ainsi que les couts logistiques et le coût de la main d’oeuvre. On peut s’interroger aussi sur ce que doit être un centre commercial demain. Tout le monde ou presque ne jure plus que par le cross canal. Mais par exemple, quand une enseigne compte des franchises, cela signifie qu’on leur enlève des ventes en vendant sur internet. Les magasins, de plus, doivent se taper les retours! De plus, faire du cross canal signifie imposer des prix car le consommateur n’acceptera pas de payer plus cher par exemple sur le web ou en magasins. Mais imposer des prix est contraire à la législation. Vous voyez, on ne manque pas de sujets à débattre!!!

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com