×
Publié le
3 oct. 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Redoute: Altarea-Cogedim et Opcapita, acheteurs potentiels ?

Publié le
3 oct. 2013

Le groupe foncier Altarea-Cogedim et le fonds d’investissement londonien Opcapita seraient sur les rangs pour racheter La Redoute. Une cession difficile pour la maison-mère Redcats, filiale de Kering (ex-PPR), désormais prête à payer pour se débarrasser de l’e-commerçant.

LaRedoute.fr


C’est ce qu’avance Challenges, de sources proches du dossier. Il faut dire que le cas La Redoute s’annonce plus compliqué que ceux du Printemps et de Conforama, autres anciens actifs du groupe. Kering se verrait même réclamer entre 150 et 600 millions d’euros par les deux acquéreurs potentiels, qui souligneraient dans ces négociations les investissements que réclamerait le portail une fois acheté.

Acquis en 1994 par PPR, La Redoute aurait réalisé un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros l’an passé, mais avec un résultat déficitaire tutoyant les 50 millions d’euros. Durant l’été 2012, l’entreprise avait réorganisé sa direction en vu de sa cession, créant notamment une direction communication-marketing, et une autre dédiée au client et services. En mai, le site annonçait son départ des marchés autrichien et allemand, qui nécessitaient beaucoup d’investissements.

En juin, la presse économique faisait état de six sociétés ayant manifesté leur intérêt pour une reprise du portail. Côté salariés, quelque 200 employés du site de La Redoute à Wattrelos (Nord) avaient débrayé, exigeant de Kering des garanties en cas de cession. La CGT soulignait alors que 3 600 emplois avaient été supprimés sur les 12 derniers mois, portant les effectifs à 2 700 personnes.

Une reprise de La Redoute s’inscrirait dans la logique adoptée par Altarea-Cogedim. La foncière, présente dans l’immobilier commercial, avait racheté début 2012 l’e-commerçant RueduCommerce, en vu d’établir une stratégie multicanal. Le fonds d’investissement britannique Opcapita, de son côté, avait racheté début 2012 pour 2 livres symboliques le distributeur britannique d'électroménager en difficulté Comet. Elle avait alors obtenu du vendeur Kesa Electricals (rebaptisé Darty) la promesse qu'il y investisse encore 50 millions de livres et continue d'assumer le plan de retraite des salariés. Mais Comet a finalement fermé ses derniers magasins fin 2012.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com