×
Par
Les echos
Publié le
19 déc. 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Lejaby: cinq candidats en lice et un jeu très ouvert

Par
Les echos
Publié le
19 déc. 2011

Le tribunal de commerce de Lyon devrait décider de repousser l'examen des offres de reprise des actifs de Lejaby, fabricant de lingerie féminine et maillots de bain (Rasurel), entre le 15 et le 20 janvier. L'audience du 22 décembre sera donc de pure forme. Le juge commissaire avait fixé au 30 novembre dernier la date limite de remise des propositions écrites et, à cette échéance, un seul candidat, le grenoblois Abcia-Phoenix, s'était officiellement déclaré malgré les nombreuses marques d'intérêt manifestées.

Lejaby
Photo : AFP

Depuis, « quatre autres offres ont été déposées et il n'était donc pas possible d'en rester là compte tenu du sérieux de certaines d'entre elles », note Alain Ribeyre, avocat de l'entreprise lyonnaise. Cette compétition a d'ailleurs poussé Abcia-Phoenix à améliorer son plan en fin de semaine dernière. Celui-ci s'engage aujourd'hui à garder 155 salariés (20 de plus) sur les 450 encore présents dans l'affaire. « Nous sommes prêts également à abonder dans certaines conditions le plan social jusqu'à 1,5 million d'euros», indique aux Echos Rodolphe Tarnaud, un des associés de ce holding privé gérant déjà une dizaine de filiales industrielles et de service.

Parmi les autres postulants, deux d'entre eux, ont un projet réputé solide. Isalys, le sous-traitant tunisien historique de Lejaby (contrôlé d'ailleurs par Christian Bugnon, le fils de l'ancien propriétaire) soutenu par Alain Prost, l'ex CEO de La Perla, griffe italienne de grand renom, et de Chantelle, réembauche quelque 200 personnes. L'avantage ? : « Isalys maîtrise la production et connaît très bien le réseau de distribution », précise un proche du dossier. Quant à Canat, qui conserve quelque 160 emplois (et sans doute 46 démonstratrices dans les grands magasins), cette Pme de Millau spécialisée dans la lingerie féminine de nuit présente une complémentarité de gammes.

Lejaby SAS qui appartient depuis 2008 à l'autrichien Palmers a été placé en redressement judiciaire le 27 octobre 2011. Cette procédure a permis de geler les créances de la société qui, au bilan publié le 31 janvier 2011, affichait 11,2 millions de pertes nettes (consécutives à la dernière restructuration) pour 52 millions de ventes.

MARIE-ANNICK DEPAGNEUX , CORRESPONDANTE À LYON

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos