×
Auteur :
Publié le
5 janv. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Lejaby: l'offre des cadres à la recherche d'argent frais

Auteur :
Publié le
5 janv. 2012

Lejaby connaîtra vraisemblablement son sort le 17 janvier et ce au tribunal de commerce de Lyon. La marque de lingerie, anciennement propriété du groupe autrichien Palmers, est en attente d’un repreneur. Des cinq offres de reprise initiales, seules 2 pourraient au final se disputer la marque née en 1930. Apsia s’est ainsi publiquement retiré. Un autre fonds n’aurait pas donné suite aux convocations. Surtout, les trois cadres dirigeants, Emmanuel Venot (directeur commercial général), Tugdual Denis (Responsable export) et Stéphane Joannes (directeur commercial France) ont perdu fin 2011 un partenaire financier, dont le métier est la distribution de lingerie.

"Nous devons, d’ici mi-janvier, trouver de 1 à 2 millions d’euros. C’est un appel pour soutenir ce projet qui souhaite conserver l’atelier et réaliser 10% de la production en France", commente Emmanuel Vessot. Les dirigeants, qui affirment avoir le soutien des salariés, veulent en effet garder 166 emplois sur environ 400. Ils sont arrivés seulement début 2011, voire mi-2011, mais viennent d’entreprises du secteur telles que Playtex/Dim, Simone Pérèle ou encore Wolf Lingerie.

Alain Prost, ex-dirigeant de l'Italien La Perla, associé à Isalys, sous-traitant tunisien de Lejaby, et à Christian Bugnon, fils d'un ancien PDG de Lejaby, prévoient de "se concentrer sur un seul site", celui du siège du groupe à Rillieux près de Lyon. La PME Canat, spécialiste de la lingerie de nuit, basée à Millau (Aveyron), souhaite pour sa part s'adjoindre le "savoir-faire en corseterie" de Lejaby, et entendrait également conserver la moitié des 100 salariés d'Yssingeaux, ainsi qu'une centaine de salariés à Rillieux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com