×
Publié le
20 juin 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Melinda Gloss rêve d’Angleterre

Publié le
20 juin 2011

Avec l'arrivée en boutiques de la collection Automne-hiver, voilà sept saisons que Melinda Gloss se fait une place et un nom dans le prêt-à-porter masculin à Paris et sur la France. La marque, créée en 2007 par Mathieu de Ménonville et Rémi de Laquintane, s’est d’abord constituée un réseau d’aficionados avec ses mailles, vestes de costume et autres chemises de belle qualité présentées dans son Appartement store parisien.

Melinda Gloss
Melinda Gloss lance son e-shop et escompte que celui-ci devienne rapidement son point de vente numéro 1. Visuel Melinda Gloss

Puis Melinda Gloss a su attirer les dandys parisiens dans un nouveau temple en s’installant, en septembre 2010, dans le marais des créateurs rue de Saintonge. Elle a dans le même temps séduit Le Bon Marché et des multimarques comme Merci ou Franck et Fils et débuté son développement en régions. "Nous comptons cinq points de vente sur Paris et une vingtaine dans les autres villes de France, explique Mathieu de Ménonville. Nous sommes en négociations avec le Printemps et les Galeries Lafayette et je pense qu’avec notre positionnement intermédiaire, un minimum accessible, il existe un potentiel pour une soixantaine de points de vente. En termes de développement boutique, la nôtre s’est rapidement révélée rentable, nous pourrions donc procéder à une levée de fonds d’ici un an pour aller plus loin et plus vite. Nous avons aussi développé l’e-shop qui, à partir de la saison prochaine, sera international".

Car c’est bien l’ambition des créateurs: développer la marque à l’étranger. Et dans leur esprit, le prochain marché de Melinda Gloss se situe au bout de la ligne d’Eurostar.
"Nous aimerions développer le Royaume-Uni à partir de septembre, explique Mathieu de Ménonville. En décembre, on participe au Cabinet des curiosités de l’artiste Thomas Erber chez Browns avec la création d’un manteau. Mais nous allons surtout nous installer à Londres pour être au contact de la créativité british. Notre création n’est pas rationalisée, cela dépend de nos inspirations. Nous aimons jouer avec des matières naturelles, ajouter des détails travaillés et nous avons la volonté de détourner des codes strict vers le casual. Avec cette exigence de qualité, nous comptons sur l’augmentation des quantités pour améliorer nos marges".

Melinda Gloss avait aussi déjà mis un pied au Etats-Unis fin 2010 via un accord annuel avec Opening Ceremony qui se chargeait de la distribution. Satisfait du défrichage, les Français reprennent la main. Eux qui ont confié l’export global à l’agence M&K, seront présents sur le salon Capsule de New-York. Ils rejoignent aussi l’édition parisienne de Capsule, quittant au passage le Tranoï et participent au Pitti Uomo.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com