×
Publié le
17 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Olly Gan: une enseigne qui se félicite de son positionnement central sur le marché masculin

Publié le
17 mars 2014

Olly Gan donne rendez-vous une fois encore au prochain salon de la franchise, Franchise Expo, qui se déroule du 23 au 26 mars. Pas étonnant dans la mesure où l’enseigne d’habillement masculin y trouve l’occasion de se développer véritablement en franchise.

Selon Richard Gigou, directeur commercial et développement d’Olly Gan, c’est suite au salon Franchise Expo que l’enseigne a ouvert à Cholet, Challans (en Vendée), Menton, Perpignan et ouvrira en juin prochain à Laval. La franchise est un élément déterminant du développement chez Olly Gan mais pas le seul, loin de là.


En effet sur 131 boutiques aujourd’hui, l’enseigne compte deux tiers de succursales et un tiers de franchises. "Un rapport entre les deux formules que nous entendons garder. Nous ne faisons pas d’autres actions pour rechercher des candidats, souligne Richard Gigou. Le salon nous donne l’occasion de multiplier les contacts tout en rencontrant des profils motivés".

Ainsi, sur la dernière période, ont ouvert sous forme de succursales des unités à Tours (Les Atlantes), à Rennes Columbia, Tarbes (Leclerc méridien), Moisselles (Leclerc), Limoges (Saint-Martial).

Sur 2014, le programme d’ouvertures est déjà dense. Sont prévues des succursales à Villeneuve La Garenne, dans le centre Altarea, le 1er avril, à Mont de Marsan (Leclerc) début mai, à Marseille (Terrasses du Port) le 2 mai. Des ouvertures dans la galerie marchande du Carrefour-Chambourcy plus trois projets en octobre dans l’Est de la France, sont également au programme.

En affiliation, sont donc très avancés des projets à Laval et à Montluçon. Des discussions sont en cours avec d’éventuels partenaires pour des ouvertures en septembre-octobre.

L’ensemble de ces nouvelles boutiques bénéficie d’un nouveau concept magasin qui se veut plus qualitatif. Piloté par Brand Image, il veut notamment valoriser les vitrines avec des objets, des cadres, etc. "Aujourd’hui, sur les 131 points de vente, 70 ont été rénovés", souligne Richard Gigou.

En tout cas, tous ces efforts semblent payer. Le chiffre d’affaires 2013 d’Olly Gan s’est monté à 65 millions d’euros TTC. La progression est de 6,80 % en non comparable et +1,10 % en comparable. "Une performance en soi par les temps qui courent", souligne Richard Gigou.

Celui-ci explique ces bons résultats par le positionnement particulier d’Olly Gan entre les enseignes mass market que sont par exemple Celio, Brice et Jules et les grandes marques et les détaillants multimarques. "Nous recrutons à la fois des clients qui viennent du mass market à la recherche d’une meilleure qualité et d’autres qui viennent du luxe et sont séduits par notre gamme de prix". Et d’insister: "Nos clients estiment en avoir pour leur argent. Sinon, nous n’aurions pas un panier moyen à plus de 125 euros", affirme Richard Gigou.

Celui-ci en tout cas ne conteste pas les choix faits il y a plusieurs années de s’engager dans un LBO avec des fonds. "Aujourd’hui, ceux-ci détiennent 52 % du capital et l’équipe dirigeante dont mon père, président, Claude Gigou, 48 %. C’est ce système qui permet le développement. Et, avec un Ebitda de 16%, nous n’avons pas de problème de remboursement".

Olly Gan commence également à réfléchir à l’export. "Nous avons étudié notre développement. Nous devrions avoir en France en 2020 un peu plus de 200 points de vente. Nous pensons que l’objectif final est de 250 unités. Vers 2015/2016, il faudra se donner des relais de croissance".

L’export en est évidemment un. "Mais il faudra mettre l’entreprise en configuration export. Il faut avoir le savoir-faire technique, être multilingue, etc. Nous nous concentrerons d’abord sur un pays avec probablement un partenaire", souligne Richard Gigou.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com