×
Publié le
27 oct. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Serge Blanco dit adieu aux plumes et aux poils

Publié le
27 oct. 2016

A compter de cet hiver 2016-17, Serge Blanco a décidé de proposer des parkas et doudounes sans plumes de canard et sans fourrure animale. La marque française, qui appartient au groupe indépendant LBY, a choisi de substituer les plumes par une fibre renouvelable de Dupont Sorona : le Sustant. De même, la fourrure animale qui bordait les capuche de ses parkas est remplacée par une matière non-animale.

Serge Blanco revoit son sourcing - Serge Blanco


"Cela faisait plusieurs années que nous souhaitions le faire, pourtant, nos doudounes avec fourrure étaient un best-seller saison après saison. Après avoir proposé à nos clients l’option d'un col avec ou sans fourrure dans un premier temps, nous avons décidé de tout stopper et de passer à la fourrure synthétique, explique Elsa Lauby, directrice générale du groupe. C’est aux industriels de passer le cap et de proposer des alternatives à leurs clients. Une fois la décision prise, le travail le plus lourd se situe en amont pour le sourcing des nouvelles matières. Hors de question pour nous de proposer des matières bas de gamme en remplacement des plumes de canard. Idem pour le sourcing de la fourrure synthétique, nos stylistes ont fait appel à plusieurs fournisseurs avant de trouver celle pourvue d'un grade de qualité qui nous conviendrait". 

Une petite note a été intégrée dans les doudounes pour expliquer le choix de se passer des plumes de canard - Serge Blanco


La marque a relayé son initiative via quelques clins d'oeil sur ses réseaux sociaux, avec le slogan "Laissons les plumes aux canards". Mais aussi en intégrant dans ses doudounes une petite note explicative sur ses choix.

Sans devenir une marque bio, Serge Blanco entend progressivement faire évoluer son sourcing. "Nous travaillons déjà avec du coton Pima bio ou des teintures naturelles sur nos lins par exemple, détaille la dirigeante. Nous utilisons encore cuir, laine, et cachemire dans nos collections... Mais il faut bien faire le premier pas, et l’assumer. Vouloir remplacer une ressource que l’on pouvait utiliser sans se poser de questions - car devenue banale dans l’industrie textile -, nous apporte une nouvelle stimulation dans la création".

La marque souligne ainsi vouloir apporter de nouvelles matières dans ses produits sur les prochaines saisons. Serge Blanco devrait compter près de 60 magasins d’ici la fin d’année et s’appuie sur un réseau de plus de 300 détaillants.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com