Défilé Dior Croisière 2020 à Marrakech

Maroc, terre d’accueil de la collection Dior Croisière 2020 :Après Chantilly l’année dernière, la maison Dior a choisi de présenter son défilé Croisière à Marrakech, dans le somptueux cadre et jardin du Palais El Badi. Une collection qui met en lumière l’artisanat et le savoir-faire africain mixés aux codes couture de la maison Dior.Richesses et diversités des inspirations :Pour nourrir son processus créatif, Maria Grazia Chiuri s’est rapprochée de l’anthropologue Anne Grosfilley, spécialiste des tissus wax, qui explore à travers un ouvrage, les origines européennes, asiatiques et africaines de ce textile qui célèbre la diversité, en réunissant les cultures à travers un « commun ground »Maria Grazia a souhaité également faire référence à l’histoire de la maison en rendant hommage au travail d’Yves Saint Laurent chez Dior et à son amour pour le Maroc, mais aussi aux années Marc Bohan.Les collaborations :La garde-robe est une célébration du wax, autour de motifs exclusifs mixant les codes de la maison Dior et le savoir-faire traditionnel de la société Uniwax basée à Abidjan en Côte d’Ivoire, où ont été réalisés tous les textiles. Une collaboration unique et une première pour une maison de couture, qui réinvente une nouvelle toile de Jouy illustrée de motifs originaux composés d’animaux de la savane, de paysages exotiques et d’emblèmes de tarots, portant l’inscription de leur origine « Edition spéciale Christian Dior-Uniwax ».Maria Grazia Chiuri a souhaité donner également carte blanche à deux femmes designers pour réinterpréter l’emblématique New Look et notamment l’iconique veste Bar (expérience qu’elle souhaite renouveler dans le futur) avec l’anglaise d’origine jamaïcaine Grace Wales Bonner (lauréate du prix LVMH en 2016) et l’artiste afro-américaine Mickalene Thomas. La créatrice a fait également appel à Pathé Ouédraogo (Pathé O’), l’un des plus grands artistes africains, créateur des chemises de Nelson Mandela. Pour l’occasion, il a récréé une chemise associant le visage de l’ancien président sud-africain et la maison Dior.La collection :113 looks pour ce défilé. Les ocres rouges et l’indigo illuminent le vestiaire. Le denim est frangé, les jupons longs s’ouvrent sur des pantalons corsaires. Les références à l’histoire de la maison sont nombreuses, notamment à travers un manteau volumineux qui fait écho à la silhouette Jungle de Marc Bohan. Les matières sont nobles et travaillées, la légèreté s’exprime sur des robes en lin tissé, en dentelle arachnéenne. La veste Bar en coton suit les courbes du corps. Le nouveau tee-shirt à message affiche une citation de l’écrivain Tahar Ben Jelloun : « Avec la culture on apprend à vivre ensemble » et résume à elle seule la collection !Les bottes hautes en cuir tressé, les mules plates à bout pointus comme des babouches, les coiffes et turbans drapés sur les têtes, réalisés sous la direction du chapelier Stephen Jones accessoirisent avec élégance les silhouettes.Ambiance marocaine siglée Dior:Les poteries qui décorent le somptueux cadre du Palais El Baldi et les tissus qui recouvrent les coussins peints au henné sur lesquels ont pris place les nombreux invités ont été réalisés par l’association Sumano qui préserve le savoir ancestral de tisserandes et potières du Maroc. Le défilé se clôture par une somptueuse soirée, animée par la performance musicale de Diana Ross.Musique du défilé + concert privé de Diana Ross (n'utiliser que dans le contexte du défilé, sous couvert du droit à l'information)

Copyright : Paris Modes Productions

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER